USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Violence : les arbitres se révoltent !

Depuis le début de la série d’ouverture de la saison 2020-2021, on assiste à une augmentation inquiétante des cas de violence contre les arbitres, dans presque toutes les villes du pays. Face à cette situation, les arbitres, par la voix des capitaines, annoncent qu’ils observent un arrêt de travail. Pour un retour aux terrains, ils exigent l’application stricte de la charte de la FHF contre les fautifs.
https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?guci=2.2.0.0.2.2.0.0&client=ca-pub-4241689560592675&output=html&h=90&slotname=5947988144&adk=2699221565&adf=3983046278&pi=t.ma~as.5947988144&w=728&lmt=1605536336&psa=1&format=728×90&url=http%3A%2F%2Flenational.org%2Fpost_free.php%3Felif%3D1_CONTENUE%2Fsports%26rebmun%3D2616&flash=32.0.0&wgl=1&adsid=ChEIgOPI_QUQ47Li1Nue6aDKARI9AIOJoPvg0UXTNiDCCG8CZlWqCGA83UZOp_avNSBFGx8dBD8plSffImYSZ69P1i54RmFTf5O_80mMtdMp_Q&tt_state=W3siaXNzdWVyT3JpZ2luIjoiaHR0cHM6Ly9hZHNlcnZpY2UuZ29vZ2xlLmNvbSIsInN0YXRlIjowfSx7Imlzc3Vlck9yaWdpbiI6Imh0dHBzOi8vYXR0ZXN0YXRpb24uYW5kcm9pZC5jb20iLCJzdGF0ZSI6MH1d&dt=1605536307737&bpp=2&bdt=6011&idt=6014&shv=r20201111&cbv=r20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3D43b81d857d19d953-227c7faadbc400fc%3AT%3D1605277037%3ART%3D1605277037%3AS%3DALNI_Mbp29mn1nkogCfFsS_pS8tvLMCo3g&prev_fmts=0x0%2C728x90%2C728x90%2C728x90&nras=1&correlator=609192417940&frm=20&pv=1&ga_vid=597535617.1605277023&ga_sid=1605536310&ga_hid=2049351290&ga_fc=0&icsg=11560618295292&dssz=62&mdo=0&mso=0&u_tz=-300&u_his=1&u_java=0&u_h=768&u_w=1366&u_ah=728&u_aw=1366&u_cd=24&u_nplug=1&u_nmime=2&adx=174&ady=2013&biw=1349&bih=626&scr_x=0&scr_y=0&eid=182982100%2C182982300%2C21066434%2C21068084&oid=3&psts=AGkb-H-LyJ4wEstUZybrKPRt89m5TsuEo7jOaLpfGcD2NBtDTzuVRJEcknq23RiUnLfp&pvsid=2144976665102621&pem=637&ref=http%3A%2F%2Flenational.org%2Findex.php&rx=0&eae=0&fc=1920&brdim=-8%2C-8%2C-8%2C-8%2C1366%2C0%2C1382%2C744%2C1366%2C626&vis=1&rsz=%7C%7CopeEbr%7C&abl=CS&pfx=0&fu=8192&bc=23&ifi=4&uci=a!4&btvi=3&fsb=1&xpc=SGDAKiSmZ6&p=http%3A//lenational.org&dtd=29160

C’était dans l’air depuis un certain temps, les arbitres ont finalement réagi face aux violences dont ils sont l’objet depuis l’ouverture de la saison 2020-2021. Ceux qui ont pour mission de faire appliquer les règlements du jeu dans les matchs se disent offusqués et décident de ne plus arbitrer des matchs dans les compétitions de première division, de deuxième division et chez les femmes.

Dans une circulaire adressée principalement à la Commission nationale des arbitres (Cona), les arbitres signataires, une vingtaine, qui sont tous des capitaines de plusieurs régions du pays se disent attristés d’assister l’aggravation des actes de bastonnade qu’ils subissent sur plusieurs terrains. Le plus dur selon eux, c’est que les autorités de la Fédération haïtienne de football ne font rien pour stopper ces dérives. Ils dénoncent le fait que les règlements du championnat particulièrement les articles 6.06- 6.08-6.11, 6.13 ne soient pas appliqués.

Pour se revêtir de la tunique la noire et regagner les terrains, les arbitres exigent l’exclusion, pour une période de dix ans, de toutes les équipes qui utilisent la violence et ceci au regard de la charte de la FHF. Cette mesure s’applique aussi pour les joueurs, dirigeants et supporteurs de ces formations. Selon Benbito Celima, un des arbitres signataires, il est inacceptable que des hommes et femmes fassent des sacrifices pour arbitrer des matchs et qu’en retour ils ne reçoivent que la bastonnade et l’indifférence des dirigeants.

« Les arbitres font de longs voyages pour aller diriger les matchs. Parfois ils paient le transport et autres frais relatifs aux matchs avec leur propre moyen pour ne pas handicaper le déroulement de la compétition. Il n’est pas normal qu’on reçoive des traitements inhumains. Il faut que tout le monde sache qu’aucun match n’est possible sans les arbitres. La Fédération a pour mission d’appliquer le règlement pour nous met en confiance », a déclaré le capitaine de Port-au-Prince, Delmas.

Outre l’aspect sécuritaire, les arbitres en ont profité pour réclamer les frais de match de la septième journée jusqu’à la neuvième en première division, mais également en deuxième division et dans le championnat féminin. Ces derniers exigent aussi des frais de déplacement et de logement pour les prochaines journées. Si leurs revendications ne sont pas satisfaites dans un délai raisonnable, les arbitres confirment qu’ils ne retourneront pas sur les terrains.

Il faut dire que la Cochafop a programmé pour ce weekend des matchs en retard en première division. Avec la décision des arbitres, il y a des doutes quant au déroulement de ces rencontres.

À rappeler qu’un arbitre de champs gagne environ 2500 gourdes pour un match. Ses assistants perçoivent 1500 gourdes contre 1000 pour le quatrième arbitre.

Kenson Désir

About the Author

Leave a Reply

*