(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Les autorités font le point sur toutes les dispositions prises autour de l’organisation du carnaval 2018

Source Jean Daniel Sénat | Le Nouvelliste

 

À moins d’une semaine de la tenue du carnaval national à Port-au-Prince, les responsables mettent les dernières touches. Ce lundi, des autorités gouvernementales ont rencontré la presse au ministère de la Communication. L’occasion pour elles d’annoncer les dispositions prises pour garantir le bon déroulement des festivités, notamment en ce qui concerne la sécurité, la circulation, le service d’urgence, les points d’évacuation, etc. Les services d’urgence et de secours seront à la charge du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) et du Bureau de la première dame, Martine Moïse. Sous le patronage de ce bureau, un comité national d’urgence et de secours a été créé et s’assurera d’apporter une réponse harmonisée et intégrée durant cette période. Plusieurs autres institutions, notamment la Direction de la Protection civile (DPC), le ministère de la Justice, l’OFATMA, la PNH, la Croix-Rouge haïtienne (…), composent ce comité.

La ministre de la Santé, Marie Gréta Roy Clément, annonce que 13 postes de soins, divisés en catégories, seront installés sur le parcours. « Les postes simples sont composés uniquement d’ambulances chargées d’évacuer des gens en danger. Il y aura des postes de premiers soins et d’urgence qui seront médicalisés. Les gens pourront y recevoir des soins pour des cas mineurs. Et enfin, il y aura des postes médicaux avancés (PMA), dont un sur le kiosque Occide Jeanty et un autre sur la place Pétion. Le plus grand PMA sera coiffé par la première dame et sera situé sur son stand. Dans ce poste, on pourra prendre en charge des cas majeurs. Il y aura des chirurgiens, des orthopédistes, des anesthésistes, etc. sur ce stand », a expliqué la ministre.

Il existe un réseau d’hôpitaux de référence chargés de recevoir les cas qui dépassent les PMA. Selon la ministre, les plateaux techniques de ces hôpitaux sont déjà renforcés. Les centres concernés sont notamment l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti, l’Hôpital universitaire La paix, l’hôpital Bernard Mevs, le centre hospitalier Eléazar Germain, l’hôpital de l’OFATMA, les hôpitaux communautaires de référence de Bon-Repos, d’Arcachon 32, de Beudet, le centre de santé de Portail Léogane, etc. La ministre promet une cartographie des postes de secours avant la fin de la semaine.

Le volet de la sécurité sera pris en charge par le ministère de l’Intérieur, la Secrétairerie d’État à la Sécurité publique et la Police nationale d’Haïti. Le ministre de l’Intérieur, Max Roudolph Saint-Albin, annonce l’existence d’un centre de commande au plus haut niveau, formé de toutes les instances citées plus haut. De plus, assure-t-il, la Protection civile aura à intervenir sur l’aspect des secours. « 500 brigadiers volontaires seront déployés. Ils auront la responsabilité de gérer la foule et de porter assistance en cas de danger. Ils feront des inspections au niveau des chars, des stands et sur tout le parcours pour identifier tout ce qui peut représenter une menace. La direction de la protection civile exige aussi que chaque stand et char soient équipés d’un extincteur d’incendie », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique, Ronsard St-Cyr, a invité les fauteurs de troubles à s’abstenir de tout acte de délinquance durant les festivités. « Les participants doivent s’amuser dans la tranquillité. Le poste de commande couvrira, avec des caméras de surveillance et des drones, tout le parcours du carnaval. Ce qui nous permettra d’identifier ceux qui troublent le déroulement du carnaval et de les interpeller même après les 3 jours gras. Le port d’arme est strictement interdit sur le parcours et les zones environnantes. Le parquet sera en permanence sur un stand et il y aura un centre de garde à vue », a-t-il averti. Ronsard Saint-Cyr a exhorté les participants à ne pas obstruer le passage au niveau des issues de secours. Par ailleurs, le secrétaire d’Etat a fait remarquer que la circulation se fera dans un seul sens sur le parcours. « Seules les ambulances seront autorisées à bifurquer en cas d’urgence », fait-il savoir.

L’interdiction du port d’arme concerne aussi les policiers qui ne seront pas en service durant les 3 jours, selon le directeur départemental de l’Ouest de la PNH, Berson Soljour. Selon lui, des dispositions sont prises pour que les policiers qui sont en service sécurisent les VIP de leur parking jusqu’au stand. Ce qui évitera aux policiers qui sont détachés à leur sécurité de se retrouver sur le parcours avec leurs armes. Si le policier détaché veut accompagner le VIP sur le parcours, il doit passer s’enregistrer à la DDO afin de recevoir un signe distinctif. « Les policiers qui seront en service auront une insigne distinctive. Il interdit à un agent qui ne travaille pas dans l’Ouest d’enfiler son uniforme pour venir au Champ de Mars. L’inspection générale prendra les sanctions appropriées », avertit-il. Il y aura aussi un centre d’isolement sur le parcours afin de mettre hors d’état de nuire tous les policiers qui ne respecteront pas les consignes du haut état-major.

Berson Soljour souligne par ailleurs que le plan de sécurité de la PNH s’articulera autour de trois points. « Nous avons une sécurité statique, réalisée par une équipe spécialisée de la DCPR et de la BIM. Ces agents seront dans les barrières. Il y aura aussi des points fixes sur le parcours, une sécurité dynamique avec des équipes mobiles qui assureront des patrouilles. Il y aura enfin une sécurité situationnelle consistant notamment en la vidéosurveillance. Il y aura des policiers chargés de visionner les images et d’orienter les équipes d’intervention », a-t-il dit. Le responsable de la Direction centrale de la Police routière (DPCR), Carmel Florent, a promis des inspections sur les chars. Il a invité les responsables à s’assurer d’avoir deux chauffeurs pour pallier d’éventuelles indisponibilités. Carmel Florent a rappelé qu’il est strictement interdit de conduire sous l’emprise de l’alcool. « Les contrevenants seront interpellés », a-t-il averti.

About the Author

Leave a Reply

*