(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

L’épopée de Roody RoodBoy au carnaval 2018

Source Frantz Duval | Le Nouvelliste

 

 

Il n’aurait pas dû participer au carnaval de Port-au-Prince cette année. Le comité organisateur ne l’avait pas retenu. Il est venu. Il a joué sa musique. Il est reparti avec le titre de champion du carnaval 2018 décerné par Ticket. Son nom : Roody RoodBoy.

Le 2 février 2018, quand le comité organisateur du carnaval publie la liste des groupes autorisés à participer au défilé carnavalesque, le nom de Roody RoodBoy n’y figure pas. C’est la stupéfaction.

Depuis des semaines sa méringue carnavalesque est la plus populaire sur les radios. Les enfants reprennent ses refrains par cœur. Pourtant, la place de Roody RoodBoy au carnaval paraissait indiscutable.

L’artiste de 30 ans n’est pas un premier venu. Ancien finaliste du concours Digicel Stars, acteur de premier plan du paysage musical, ex petit ami de la chanteuse et it-girl Rutshelle Guillaume, Roody Pétuel Dauphin fait partie des personnalités adulées par les jeunes.

L’an dernier, au carnaval de Port-au-Prince, il avait épaté la foule par sa fougue et une méringue entraînante et populaire. Ticket l’avait classé « Révélation du carnaval de Port-au-Prince » et « Champion du carnaval de Port-au-Prince ». Pour sa première participation, il avait tout raflé.

Le pied au plancher, Roody RoodBoy a mené sa carrière avec maestria pendant toute l’année 2017. Il a enchaîné les hits, les polémiques et les salles pleines. En décembre, après avoir écrasé de son talent des challengers dans un ultime « bif », Ticket le consacre « Artiste masculin de l’année ».

Roody RoodBoy commence donc 2018 au plus haut de sa forme avec une méringue qui marche du tonnerre de Dieu.

Pourquoi donc le comité organisateur du carnaval décide de l’exclure ?

Certains pensent que c’est à cause du texte de sa méringue carnavalesque plutôt acide. Roody RoodBoy malmène la mauvaise gouvernance. Met à l’index ce qui ne fonctionne pas. Fustige la corruption ambiante. Pointe du doigt l’opposition qui ne pense pas d’abord au pays. Tout le monde en prend pour son grade mais cela fâche avant tout les chefs, dit-on.

Le comité ne donne pas d’explication de sa décision. Cela semble arrêté et définitif. Pas de RoodBoy au carnaval 2018.

La sanction ressemble à un gant jeté à la face de ceux qui admirent l’artiste ou suivent l’évolution de sa carrière. Les réseaux sociaux s’enflamment dès le 2 février pour réclamer l’intégration de Roody RoodBoy, dernier champion en date du carnaval de Port-au-Prince au carnaval national qui se tient à… Port-au-Prince cette année.

Des personnalités décident alors de court-circuiter le comité. Le dossier se retrouve vite sur le bureau du premier ministre et des plus hauts responsables politiques du pays.

Le dimanche 4 février, le manager de Roody RoodBoy écrit une lettre au comité du carnaval pour annoncer que des sponsors du secteur privé sont disposés à financer sa participation au carnaval. Que cela ne coûtera rien au Trésor public. Le comité n’accusera pas réception du courrier.

Ce même 4 février, dans la soirée, le vent tourne. Revenant du carnaval de Delmas où Roody RoodBoy a délivré une performance remarquable sous les yeux du premier ministre et du président de la Chambre des députés, Gary Bodeau. Jack Guy Lafontant prend la décision d’intégrer Roody RoodBoy sur la liste des groupes autorisés à participer au carnaval.

En plein dimanche d’exercice précarnavalesque, au Champ de Mars, sur les ondes de Radio Télévision Caraïbes, le premier ministre Jack Guy Lafontant annonce officiellement que Roody RoodBoy aura un char.

Le lendemain 5 février, c’est Olivier Martelly qui annonce renoncer à son propre char pour l’offrir au porteur de la méringue « Ou mechan » (Vous êtes méchants). BigO et Roody Pétuel Dauphin (vrai nom de Roody RoodBoy) ont collaboré dans le passé sur des projets musicaux.

Grand prince, Roody RoodBoy refuse l’offre. Son argument : tous les artistes méritent de participer au carnaval. « J’apprécie la proposition de BigO, mais je pense qu’il a une belle méringue et que sa place est sur le parcours », dit celui qui s’est autoproclamé président de la jeunesse, rapporte Ticket.

Dans la soirée du 5 février, la nouvelle court les rues que Roody RoodBoy aura un char. Prudent, il confie à Ticket : « Un membre du comité m’a contacté pour m’annoncer la nouvelle, cependant j’ignore encore les conditions. Je ne sais pas si j’obtiens un des chars subventionnés par l’État ou si on a simplement agréé ma demande d’autorisation ». Mais dans tous les cas, Roody a affirmé qu’il était hors de question qu’il partageait un char avec un autre groupe vu qu’il disposait du sien.

Le comité organisateur fait le mort le 6 février. La tension monte. Qu’est-ce qui cloche encore ? La décision du premier ministre, pris dans le dos du comité organisateur du carnaval, passe mal, dit-on.

Le comité finit par annoncer le 7 février, sans explication aucune, que Roody RoodBoy intègre la liste des groupes autorisés à défiler.

Le reste c’est déjà l’une de ses plus belles pages de l’histoire du carnaval haïtien.

Un artiste solo, Roody RoodBoy, armé d’un efficace playback, enflamme tout le parcours avec ses refrains et ses harangues. Sa popularité et l’accueil délirant fait à ses messages ne souffrent d’aucune contestation. Il a l’avantage de n’être en situation de polémique avec personne sur le parcours. Jamais il n’a dit un mot vulgaire ni à connotation sexuelle. De 7 à 77 ans tout le monde chante avec lui et, comme il dit souhaiter un pays meilleur, difficile de ne pas adhérer à son discours.

Roody RoodBoy, pendant les trois jours gras, délivre un clean sheet parfait. Sa sonorisation est bonne. Son art de l’animation est maîtrisé. Les réactions du public sont enthousiastes. Avec Ou Mechan et sa performance au carnaval 2018 de Port-au-Prince, Roody RoodBoy rentre dans le panthéon des bonnes méringues comme Boukman (Kè m pa sote), King Posse (Cool non) ou Ram (Défilé/Dessalines) ont su le faire en leur temps.

 

About the Author

Leave a Reply

*