(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Le coordonateur du GARR scandalisé par l’assassinat en république dominicaine de 4 ressortissants haïtiens dont deux enfant: 239 000 ressortissants haïtiens menacés de déportation à partir du mois de juin

Port-au-Prince, le 10 janvier 2016 – (AHP) – Le coordonateur du groupe d’appui aux rapatriés et aux réfugiés GARR, Me Saint-Pierre Beaubrun, s’est déclare mardi scandalisé par l’assassinat de 4 ressortissants haïtiens, deux enfants de 7 et 5 ans ainsi que leurs parents, en République dominicaine.
Le drame s’est produit dans la nuit de samedi 7 au dimanche 8 janvier dernier, dans la localité de San Juan, de l’autre coté de la frontière.
Un crime odieux perpétré à l’arme blanche et à coups de bâtons a souligné Me Beaubrun, ajoutant que rien ne saurait justifier un crime d’une telle atrocité.
Les victimes répondent aux noms de Camilo Antoine 35 ans, sa compagne de 34 ans Yeneta Joseph et leurs deux enfants Maison 7 ans, et Bacachata une fillette de 5 ans.  Deux suspects, Jefferson et Anius, ont été appréhendés et un troisième présumé assassin est en fuite.
Le coordonnateur du GARR qui confirme que l’un des deux suspects interpellés est un ressortissant haïtien, rappelle que les dominicains ont en général tendance a accuser des ressortissants haïtiens dans la perpétration de ce genre de crimes sur leur territoire.
Il appartient, a-t-il dit, aux autorités policières et judiciaires de diligenter leurs enquêtes pour faire la lumière sur ce drame afin que les proches des victimes puissent obtenir justice et réparation.
Les crimes commis contre les ressortissants haïtiens en république dominicaine sont légions et en général, restent impunis.
Parallèlement, le coordonateur du GARR attire l’attention des autorités haïtiennes sur la menace de déportation qui vise plus de 239 mille ressortissants haïtiens qui vivent en République dominicaine.
Ce sont, a-t-il dit, des citoyens dont la durée de validation de la résidence temporaire expire en juin prochain et faute de documents légaux, ils ne peuvent bénéficier du plan dominicain de régularisation des étrangers.
Saint-Pierre Beaubrun, qui dénonce l’echec du programme d’identification et de documentation des immigrants haïtiens PIDIH, appelle les autorités haïtiennes à prendre des mesures pour délivrer des documents aux ressortissants haïtiens vivant de l’autre cote de la frontière afin de leur permettre de bénéficier du plan de régularisation.
En general, a-t-dit, les autorités dominicaines sont plus intéressées à refouler les Haïtiens qu’a régulariser leur situation, et ils utilisent comme prétexte le fait que ces derniers n’aient pas été identifiés par leur propre gouvernement.
About the Author

Leave a Reply

*