(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

L’abécédaire 2017 : le meilleur sans le pire

Source Raphael Féquière Le Nouvelliste

 

2017, année de la visite du président de la Fifa en Haïti. Eliminée de toutes compétitions internationales majeures, l’équipe masculine d’Haïti a quand même figuré (en septembre) dans le Top 50 du classement mondial. Au nombre des consolations : des titres de champion de la Caraïbe dans les catégories U-20 garçons et filles, U-15 filles, U-23, U-17 garçons et de vice-championne avec les trophées de meilleure joueuse et de meilleure buteuse , une qualification des U-17 féminins pour la phase finale de la CONCACAF. Enfin, Wilde Donald Guerrier, qui a disputé le 12 septembre dernier son premier match en phase finale de la Ligue des Champions ( une première pour un joueur haïtien), a décroché le titre de meilleur milieu de terrain de la zone Concacaf. Voici, dans un classement alphabétique subjectif et passionné, ce qui a marqué 2017.

 

A comme Association Sportive Capoise, championne de la série de clôture du championnat national de D1en battant le Racing Football des Gonaïves par 3-1 en finale retour de cette série. Elle succède ainsi au Real Hope du Cap.

A comme Académie Camp Nous, vainqueur de la USA Cup, catégorie U-17 Gold, une compétition internationale organisée dans le Minesota (USA) avec la participation de plusieurs grandes académies du football mondial.

A comme Ademas Orlando, meilleur buteur du championnat universitaire de football.

B comme Bathcheba Louis (21 ans). Avec 15 buts, elle obtient son 3e soulier d’or haïtien.

C comme Charles Hérold Junior, sacré meilleur joueur de la saison, de l’autre côté de la frontière.

C comme Cedmé Pedro. Le volleyeur du club Volley 2000 a été élu, à Trinidad, meilleur défenseur de la CAZOVA 2017 (équivalent de la Coupe caribéenne de football) lors des éliminatoires de la Coupe du monde de volley-ball (zone Norceca/phase2/groupe E).

D comme Daniel Jamesley (21 ans), meilleur buteur de la série de clôture du championnat de D1.

E comme Evens Pierre, vainqueur par KO du Mexicain Jesus Laguna à la soirée de boxe internationale « Gala des champions III ». L’enfant terrible de Cité Soleil a ainsi conservé pour la quatrième fois consécutive son titre WBA FEDELATIN des poids légers.

F comme FC Toro, champion de la compétition pour la journée mondiale de l’enfance.

F comme Félix Bélizaire, ancien cadre administratif de la FHF (de 2008 à 2010 ) assassiné par balle.

G comme Germinal James Adler, impitoyable, en battant respectivement Leonardo (6/0, 6/1), Munoz (6/1, 6/0) et Malono (6/4, 3/6 et 6/4) lors du tournoi international de tennis juvénile en République dominicaine. Ce tournoi a réuni entre autres le Honduras, la France et le Costa Rica.

H comme historique, le sacre de l’équipe nationale féminine de tennis U-12, composée de Richardlyne François et de Laurie Euzerbe, à l’ITF/Cotecc team championship 2017 en République dominicaine. Elles surclassent en finale par trois sets à zéro (3-0) l’équipe première du pays hôte.

H comme hockey : le tournoi interscolaire de motivation au Centre Sport pour l’Espoir a été dominé par les garçons du Collège d’Etudes Classiques Adonaï et par les filles de l’Institution Classique Siloé.

I comme Infantino : le président de la Fifa, l’Italo-suisse Gianni Vicenzo Infantino, a visité Haïti le 29 avril 2017. Il avait annonçé avoir fait passer l’aide de la fédération mondiale de 250 000 dollars l’an à 1 250 000 dollars. Infantino est le troisième président de la FIFA à visiter Haïti après le Brésilien Joao Havelange (en 2000) et le Suisse Joseph Blatter (en 2013).

I comme Institution Saint-Louis de Gonzague, gagnante, chez les cadets, de la 12e édition du championnat de l’Unité, tenue au local du CIBA.

J comme Jacques Joachim. Le fondateur de la Fédération haïtienne de volley-ball a été admis au « Hall of Fame », le Temple de la renommée du volley-ball international. C’est la plus haute distinction décernée par la Fédération mondiale de volley-ball à ceux qui ont contribué au développement de ce sport en signe de reconnaissance de leur mérite.

J comme Jean Marc Moreau qui a figuré sur la liste des 30 arbitres désignés pour la Gold Cup 2017.

J comme Jean Reynold Joseph, champion du monde de kyukushinkaï ainsi que Donalson Bell et Samara Gaston (12 ans).

K comme Kevin Lafrance, buteur pour Haïti contre le Japon.

K comme Krishna Maurice qui s’est distinguée chez les 18 ans lors de la Copa Mangulina de tennis en République dominicaine.

L comme Luis Valendi Odélus, gardien du Real Hope, le seul footballeur du championnat national de D1 appelé en sélection nationale.

L comme Lindor Pierrive qui devient Monsieur Alix Fitness 2017, remportant les catégories lourd et overall.

M comme Mélissa St-Vil, la coqueluche du public, lors du Gala des champions de boxe III au Karibe Convention Center. « Miss Tyson », championne de la WBC Silver des poids plumes et classée numéro deux de la WBA, a mis KO la Dominicaine Diana Garcia.

M comme Marc Collat qui signe son retour provisoire sur le banc de touche du onze national. Dans une interview accordée au Nouvelliste, le coach français a déclaré : “Ma porte est ouverte”

M comme Magic, champion de volley-ball masculin de la Ligue de volley-ball de la région Ouest.

N comme Naomi Osaka. Née d’une mère japonaise et d’un père haïtien, Naomi (20 ans) a animé récemment une clinique en Haïti pour la Fédération haïtienne de tennis. Elle a remporté en 2017 ses deux premiers matchs face à des joueuses du top 10 mondial : Angelique Kerber au premier tour de l’US Open et Venus Williams au deuxième tour de l’Open de Hong Kong.

N comme Nazon Dukens, auteur d’un doublé contre le Japon en match amical.

N comme Natcom qui remporte la 9e édition de l’Association haïtienne de basket-ball corporatif (ASHBAC).

N comme Nérilia Mondésir qui signe à Montpellier, club de ligue française. Éblouissante, elle a signé, entre autres, un triplé contre Anguilla dans les éliminatoires de la Coupe du monde de football féminin.

N comme Nerlens Noël, star de la NBA qui évolue au Dallas Mavericks. Il a retenu l’attention en Haïti à la clôture de la semaine olympique.

O comme Olès Bélizaire (27 ans). Le milieu de terrain de l’Éclair des Gonaïves est brutalement décédé le 25 juillet 2017 après une intervention chirurgicale. Bélizaire a débuté au Velox de la Croix-des-Missions avant de rejoindre l’Aigle Noir alors qu’il n’avait pas encore 16 ans.

O comme Olympisme. La semaine olympique, organisée par le COH au Centre Sport pour l’Espoir (25 au 30 août), est une heureuse retrouvaille qui a réuni mille deux (1 002) athlètes qui convoitaient cinq cent quatre-vingt-sept (587) médailles.

P comme Petit-Goâve qui remporte sept des dix titres mis en jeu dans le tournoi national de niveau II organisé par la Fédération haïtienne de tennis au Centre Sport pour l’Espoir.

Q comme le quintuplé réussi par Sherly Jeudy (U-20) devant Anguilla aux éliminatoires de la Coupe du monde ( Bretagne 2018).

Q comme quarante-cinquième anniversaire des Tigresses et du Valencia FC de Léogâne .

R comme Real Hope, champion de la série d’ouverture 2017, dix-huit mois après avoir gagné sa place en première division. Les Capois ont aussi rafflé la première édition du « Super classique des champions » réalisé en République dominicaine.

S comme Skal Labissière. La star de la NBA et pivot des Kings de Sacramento, qui a animé en Haïti du 18 au 21 juillet 2017 un camp de détection pour les jeunes, est classé par Ticket Magazine meilleur sportif haïtien de l’année.

S comme Steeven Icart, le basketteur assassiné par balle ou comme Spely Laventure qui s’est adjugé le “Overall” (champion des champions) de « Haiti Body-Building Classic » .

S comme Sébastien Pétion. Champion en 2013 avec l’équipe de Bongu en tant que joueur, et deux fois champion comme entraîneur en 2016. Il s’est encore fait remarquer en 2017 en gagnant le trophée de l’ASHBAC avec Natcom.

T comme Tigresses qui remporte la saison de volley-ball de la ligue de l’Ouest. En football féminin, les jaune et noir ont dominé la compétition pour la 7e fois d’affilée depuis 2011.

T comme tennis juvénile : A signaler, le sacre de l’équipe féminine U-12 à l’ITC/Cottec team championship 2017.

T comme TNT Heat, vainqueur de la troisième édition du tournoi féminin de “basket 3×3 ” organisé par la Fédération haïtienne de basket-ball.

U comme U-20: qualifié pour la phase Concacaf des éliminatoires de la Coupe du monde de la catégorie en Uruguay, l’année prochaine.

U comme UNASMOH, championne de football universitaire ou comme Université La Pléiade d’Haïti (Upleh), championne de basket-ball universitaire.

V comme Vladimir Louis (40 ans), entraîneur de volley-ball, décédé le 7 juin dernier. Le club Volley 2000 devient ainsi orphelin d’un coach qui l’a servi pendant plus d’une décennie.

W comme Wilde Donald Guerrier. Il a participé d’emblée à la qualification de son club à la ligue des champions 2017. Il devient aussi le meilleur milieu de terrain de l’équipe 2017 de la CONCACAF.

W comme Wesline Louis, arbitre assistant de la finale des VIIIe Jeux de la francophonie en Côte d’Ivoire. En participant à cette finale, elle récolte sa 2e médaille d’or dans l’histoire de ces Jeux.

X comme Xtreme Tennis Academy en Floride (USA) dont Krishna Maurice était devenue la finaliste du tournoi remporté par le Dominicain Yeudy Villard.

Y comme “y a pas de cas de fraude au COH”, dixit DHL, traduisez Dr Hans Larsen, actuel président du Comité olympique haïtien, accusé de détournement d’une partie des fonds alloués à la délégation haïtienne devant participer aux Jeux olympiques de Rio, l’année dernière. Un audit effectué par la firme PWC ( Price Waterhouse Cooper) avait fait état d’aucun cas de fraude dans la gestion du COH.

Z comme zéro (0) pour Anguilla et seize (16) pour Haïti aux éliminatoires de la Coupe du monde U-20 de football féminin de la Fifa (2018 ) ou comme zéro (0) pour Haïti et cinq (5) pour les USA en match amical.

Z comme Zacharie Hériveaux, le fringant milieu défensif de l’équipe nationale qui s’est illustré merveilleusement contre le Japon et les Émirats arabes unis.

 

About the Author

Leave a Reply

*