(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Justice/Corruption L’enquête sur la surfacturation des kits scolaires avance, assure le chef du parquet

Source Robenson Geffrard | Le Nouvelliste

 

 

Limogé en août dernier pour son implication présumée dans le scandale de surfacturation de kits scolaires, l’ancien ministre des Affaires sociales et du Travail refait surface. Dans un communiqué publié le mardi 26 décembre, Roosevelt Bellevue tacle Jovenel Moïse sans le citer, clame son innocence et exige la publication de l’enquête sur le dossier. Le commissaire du gouvernement, Me Clamé Ocnam Daméus, a confié au Nouvelliste que l’enquête était en cours et qu’il attendait le rapport des institutions spécialisées qui travaillent sur l’affaire.

C’était il y a environ quatre mois. Le Palais national estimait qu’il n’était pas au-dessus de tout soupçon dans le cadre du scandale de surfacturation de kits scolaires. Le gouvernement l’avait donc démis de ses fonctions de ministre des Affaires sociales tout en promettant de faire la lumière sur le dossier.

Me Clamé Ocnam Daméus, le chef du parquet de Port-au-Prince, a confié mardi au Nouvelliste que le dossier avançait. « J’ai des institutions spécialisées qui travaillent sur le dossier et j’attends leurs réponses… », a-t-il dit de façon laconique. Il a assuré que l’enquête sur la surfacturation des kits scolaires n’était pas jetée aux oubliettes. Cependant, le commissaire du gouvernement n’était pas en mesure de fixer une date pour la publication des résultats de son enquête.

L’ex-ministre Roosevelt Bellevue est le seul membre du gouvernement à avoir été sanctionné dans cette affaire alors que le chef de l’État avait déclaré qu’il ne pouvait pas y avoir de corrompus sans corrupteurs. L’ancien ministre sort de son silence et nie encore une fois toute implication dans le scandale de surfacturation des kits scolaires.

« L’ex-ministre Roosevelt Bellevue n’a pas vendu son silence, ni renoncé à sa dignité citoyenne, lit-on dans un communiqué publié mardi. S’il est vrai que les dossiers et les vérités d’État ne se règlent pas suivant un agenda temporel ordinaire, encore moins sur la place publique, n’empêche que le temps mis par les institutions concernées pour statuer sur le dossier des kits scolaires commence à impatienter. »

L’ancien ministre a rappelé que d’autres dossiers récents, « évidemment plus compliqués, ont déjà été traités… », alors que le sien traîne.

L’ex-ministre Bellevue a donc réaffirmé n’avoir rien à voir avec « ce tweet politico-affairiste, utilisé comme alibi pour l’évincer du portefeuille du ministère des Affaires sociales et du Travail. »

Il faut rappeler qu’après sa révocation, le président de la République avait tweeté et nous citons « Un acte de corruption suppose la présence de corrupteurs et de corrompus. Tous sont passibles des mêmes peines. Combattre la corruption et l’impunité est l’un des engagements de mon mandat. J’y mettrai toute ma force pour y parvenir. »

Roosevelt Bellevue dit espérer que la conclusion de l’enquête sera bientôt rendue publique. « Ainsi la lumière luira, une fois pour toutes sur ce dossier », a-t-il dit. L’ancien ministre a remercié des hommes de droit, des parlementaires, des journalistes, entre autres, qui, selon lui, l’avaient soutenu au cours de ce qu’il considère comme une rude épreuve.

Joint par téléphone mercredi soir par le journal, l’ancien ministre Bellevue a ajouté que le gouvernement devrait mener d’abord l’enquête avant de le sanctionner. La décision de le limoger, a-t-il dit, est injuste. Il continue de clamer son innocence dans le dossier de surfacturation des kits.

Après la révocation de Roosevelt Bellevue, le Palais national avait indiqué que l’administration Moïse-Lafontant ne tolèrerait la corruption sous aucune forme et que tous les membres du gouvernement et tous les fonctionnaires doivent être au-dessus de tout soupçon. Une enquête a été diligentée en ce sens.

 

About the Author

Leave a Reply

*