(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Haïti-Sécurité: POLIFRONT, nouveau corps de police déployé sur la frontière

Source  Alix Laroche / alix.l@hpnhaiti.com | hpnhaiti.com

 

 

Le Directeur général de la police nationale Michel-Ange Gédéon a procédé, mercredi 27 décembre, à l’inauguration officielle de la Police frontalière baptisée POLIFRONT. La cérémonie s’est tenue en présence du président de la République, Jovenel Moïse, a appris HPN auprès du porte-parole adjoint de la PNH, l’inspecteur principal, Garry Desrosiers.

Ils sont au total 118 nouveaux policiers dont 10 filles qui font partie de cette unité policière spécialisée nouvellement créée pour sécuriser la frontière, porte d’entrée et de sortie du territoire, a fait savoir Garry Desrosiers.

Ces policiers  et policières sont déployés pour le moment sur une partie de la frontière, en attendant la formation d’autres promotions devant augmenter et renforcer cette unité afin d’occuper et de sécuriser tous les espaces frontaliers haïtiano-dominicains, a-t-il précisé.

La mission fondamentale de la POLIFRONT consiste essentiellement à sécuriser la frontière. Par la mise en place de cette nouvelle unité, indique le Directeur général de la PNH, on entend assurer la consolidation de la sécurité du pays et la lutte contre la criminalité transnationale organisée.

« La question de frontière revêt un caractère spécial dans les relations entre les États. Les frontières sont réputées imperméables mais depuis la mondialisation, elles sont transcendées par l’accroissement des liens d’interdépendance entre les peuples », a déclaré M. Gédéon dans son allocution de circonstance publiée sur Facebook.

Selon le numéro 1 de la PNH, aujourd’hui, avec la criminalité transnationale organisée, la drogue, le trafic des armes, le trafic des enfants, le terrorisme qui se mettent ensemble pour constituer l’autre face de la mondialisation, on ne peut rester les bras en croix face à ces phénomènes qui menacent la paix, sapent le développement multidimensionnel et par-dessus tout, mettent en péril la sécurité des États.

Abordant la question de la contrebande, le DG de l’institution policière a rapporté, selon les travaux d’un groupe mixte haïtiano-dominicain, que le chiffre de la contrebande représentait en avril 2016 plus de 400 millions de dollars par an.

Un manque à gagner, souligne-t-il, qu’Haïti pourrait utiliser à des fins de développement dans des domaines tels : l’éducation, la Petite enfance, la jeunesse et de bien d’autres. Un montant, insiste-t-il, qui pourrait également servir à financer la construction de 40 logements sociaux pour les policiers sur les dix départements géographiques du pays.

Ce qui pourrait bien augmenter la motivation de ces derniers, le prestige de l’uniforme, conclut-il, tout en saluant le support du chef de l’État à cette initiative.

About the Author

Leave a Reply

*