(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Haïti – Santé : Plus de 100 millions de dollars pour lutter contre le SIDA

Source HL/ HaïtiLibre

 

 

L’Ambassadeur Deborah Birx, Coordonnatrice des programmes du Plan d’Urgence du Président pour la Lutte contre le SIDA (PEPFAR) du gouvernement des États-Unis, a approuvé le budget du Plan Opérationnel (COP) d’Haïti pour l’année fiscale 2017-2018. Avec un budget de plus de 100 millions (101,500,000 USD), le plan opérationnel 2017 a été développé par l’équipe PEPFAR en Haïti, de concert avec le Ministère de la Santé (MSPP), les membres de la Société Civile et les partenaires multilatéraux. Ce plan couvre la période d’octobre 2017 à septembre 2018.

L’approbation par l’Ambassadeur Birx est le résultat d’un processus de planification de plusieurs mois et qui a nécessité une révision complète des stratégies et des objectifs déterminés par chaque pays membre du PEPFAR. Des représentants du MSPP et du Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS), du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, de l’ONUSIDA et de la société civile représentant les personnes vivant avec le VIH et les populations clés, faisaient partie de la délégation en provenance d’Haïti.

Ce qui est nouveau dans Plan 2017 est le financement supplémentaire due à la performance : 5 millions de dollars américains pour le traitement du VIH et deux millions de dollars américains pour la mise en œuvre, dans quatre arrondissements, d’un ensemble de services de prévention basés sur le modèle PEPFAR appelé « DREAMS » qui vise à réduire l’incidence du VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes âgées de 10 à 19 ans.

L’Ambassade des États-Unis et l’équipe PEPFAR en Haïti sont prêts à mettre en œuvre le COP 2017 et à continuer de progresser dans la lutte contre cette épidémie. Présentement, en Haïti, le programme PEPFAR supporte le traitement anti-rétroviral à plus de 85.000 personnes ; a permis de dépister plus de 200,000 femmes enceintes pour le VIH et a aidé environ 80,000 orphelins et enfants vulnérables et leurs parents/tuteurs, infectés ou affectés par le VIH/SIDA.

About the Author

Leave a Reply

*