USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Pour l’éradication de la malaria en Haïti

Une campagne de sensibilisation à la malaria est lancée depuis plusieurs semaines. Cette campagne a posé ses valises à Jérémie (Grand’Anse) le lundi 23 novembre. Les personnes à risque sont surtout visées.    

« Il est important de sensibiliser les individus qui revendent ou utilisent les moustiquaires dans des activités de pêche à anguille, comme cela se fait notamment dans la Grand’Anse, à changer de comportement», insiste le responsable de la Direction départementale sanitaire, le docteur Angelo Duverson, appelant du coup les journalistes en particulier à s’impliquer dans les efforts qui sont actuellement déployés. La collaboration de toute la population est sollicitée par Marc-Aurèle Telfort, coordonnateur national du Programme national contre la malaria et la filariose, vu que le nombre de moustiquaires disponibles est limité  à 1.1 million. Selon lui, les sections communales sont ciblées par les dernières statistiques établies dans le cadre de la surveillance épidémiologique du paludisme en Haïti.

La région considérée comme le grenier de la République en vivres alimentaires est la plus affectée par la malaria, confirme le docteur Telfort. La Grand’Anse a déjà atteint un score de 53% des cas rapportés à l’échelle nationale au premier semestre de 2020, ce qui a poussé le MSPP à y mettre le paquet pour pouvoir inverser le cours de la situation. En ce sens, précise le spécialiste, la distribution des moustiquaires s’effectue sur l’ensemble du département à l’exception de quatre sections communales. La campagne de masse contre la malaria, financée par l’Organisation haïtienne de marketing social pour la santé (OHMaSS), est aussi en branle dans le Sud, deuxième département d’Haïti sévèrement affecté par la malaria après la Grand’Anse.

D’autres sections communales de l’Ouest et du Sud-Est, dont Bainet, figurent sur la liste des communes en rouge qui nécessitent des interventions. Selon des informations,  le nombre de cas dans cette commune dépasserait les 1 200, avec le risque d’augmentation dans les prochains mois.

Le paludisme représente une charge importante pour l’Etat, pour le système de santé haïtien, et surtout pour les communautés les plus précaires, fait comprendre le docteur Telfort. À titre d’exemple, souligne-t-il, un élève contractant la malaria peut perdre une année scolaire à défaut de soins adéquats ; un enfant mis au monde par une femme souffrant de cette même pathologie peut présenter des malformations.  

Dans le monde, plus de 34 350 cas ont été rapportés en 2011. En 2019, environ 10 867 cas ont été déclarés, une baisse qui démontre l’efficacité des luttes menées en vue de l’éradication de la malaria.

Haïti et la République dominicaine restent et demeurent les deux pays de la région où la malaria est encore endémique, raison pour laquelle ils se sont engagés à faire de leur mieux pour l’éradiquer définitivement d’ici 2030. 

Une délégation de l’Institut Panos avait participé à la conférence de lancement officiel de la campagne de masse contre la malaria à Jérémie.

Flavien Janvier jflavien50@gmail.com

About the Author

Leave a Reply

*