USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Le taux de la surpopulation carcérale dans les prisons haïtiennes s’élève à 316 % en ce mois de janvier

Dans un communiqué rendu public ce mardi 26 janvier 2021, les Nations unies affirment soutenir les efforts renouvelés contre la détention préventive prolongée en Haïti qui a des conséquences directes sur la surpopulation carcérale. Selon l’ONU, le taux de la surpopulation carcérale s’élève à 316 % pour ce mois de janvier.
https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4241689560592675&output=html&h=90&slotname=5947988144&adk=2699221565&adf=3983046278&pi=t.ma~as.5947988144&w=728&lmt=1611712435&psa=1&format=728×90&url=http%3A%2F%2Flenational.org%2Fpost_free.php%3Felif%3D1_CONTENUE%2Factualitees%26rebmun%3D7494&flash=0&wgl=1&dt=1611712403249&bpp=2&bdt=2661&idt=8629&shv=r20210121&cbv=r20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3D390beb418d64373b-223e5abc9fc5008a%3AT%3D1611404346%3ART%3D1611404346%3AS%3DALNI_MbgeMcROOWXw_5nIEmhDpu9AvYSeg&prev_fmts=0x0%2C728x90%2C728x90%2C728x90&nras=1&correlator=138490814933&rume=1&frm=20&pv=1&ga_vid=1749686903.1611404345&ga_sid=1611712404&ga_hid=920123055&ga_fc=0&u_tz=-300&u_his=1&u_java=0&u_h=1080&u_w=1920&u_ah=1040&u_aw=1920&u_cd=24&u_nplug=0&u_nmime=0&adx=451&ady=1897&biw=1903&bih=938&scr_x=0&scr_y=0&eid=21066433%2C21068769%2C21069110%2C21066613%2C21069711%2C21066615&oid=3&pvsid=2201803196520065&pem=58&ref=http%3A%2F%2Flenational.org%2Findex.php&rx=0&eae=0&fc=1920&brdim=-8%2C-8%2C-8%2C-8%2C1920%2C0%2C1936%2C1056%2C1920%2C938&vis=1&rsz=%7C%7CopeEbr%7C&abl=CS&pfx=0&fu=8192&bc=23&ifi=4&uci=a!4&btvi=3&fsb=1&xpc=VhhCasNzpd&p=http%3A//lenational.org&dtd=31951

Ces derniers jours, de nombreux citoyens et surtout des hommes de loi avaient prévenu les citoyens de ne pas se faire arrêter lors des manifestations, car le système judiciaire n’est pas vraiment opérationnel. En effet, beaucoup de personnes croupissent dans les prisons en Haïti. Les Nations unies ont rendu public ce mardi 26 janvier 2021 un communiqué traitant de la question et la détention préventive prolongée.

« Les personnes en détention préventive représentent l’écrasante majorité de la population carcérale en Haïti. La détention préventive prolongée a par conséquent un impact direct sur une autre problématique tout aussi préoccupante, celle de la surpopulation carcérale, dont le taux s’élève à 316 % dans les prisons haïtiennes ce mois-ci », ont fait remarquer les Nations unies qui croient qu’une forte « volonté politique » en accord avec « les efforts des institutions étatiques et des acteurs juridiques » peuvent servir à réduire la détention préventive. La libération des citoyens incarcérés au-delà des prescrits de la loi, disent-elles, peut contribuer à réduire la détention préventive.

Plus loin, les Nations unies disent soutenir les efforts renouvelés contre la détention préventive prolongée en Haïti. « Afin de relancer les initiatives pour lutter contre ce fléau, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH), conjointement avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le USAID à travers le JSSP, a soutenu le ministère de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) dans l’organisation d’un atelier national sur la révision de son plan de lutte contre la détention préventive prolongée à Port-au-Prince du 11 au 13 janvier ».

D’après le communiqué, cet atelier réalisé va permettre « aux acteurs de la chaîne pénale de s’approprier le plan proposé par le ministère et de convenir d’une feuille de route comprenant une série d‘actions concrètes visant à limiter le flux entrant de personnes placées en détention préventive et redynamiser l’appareil judiciaire ». Pour combattre la détention préventive prolongée en Haïti, qui figure parmi les 10 pays au monde les plus affectés par ce phénomène, le BINUH appelle à la concertation de tous les acteurs de la chaine pénale haïtienne (MJSP, CSPJ).

About the Author

Leave a Reply

*