USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Assassinat de Me Dorval: la Conférence internationale des barreaux écrit à nouveau au président de la République

La Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB) a écrit au président de la République, le mardi 6 octobre 2020. Dans cette lettre qui porte sa signature, le bâtonnier Bernard Vâtier, après avoir présenté ses sympathies au président Jovenel Moïse suite au décès de son père, la CIB a rappelé que sa lettre du 14 septembre 2020 étant restée sans réponse : « Par ma lettre du 14 septembre 2020 je vous ai fait connaitre l’émotion très vive qu’a provoquée dans la communauté internationale des avocats, l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval. Au-delà de l’atteinte insupportable à la personne humaine, cette tragédie constitue une agression d’une extrême gravité à l’encontre de la justice, de l’État de droit, et plus généralement de la démocratie. C’est pourquoi nous avons demandé qu’une commission internationale soit associée à l’enquête pour que soit identifiés les auteurs et les commanditaires de ce crime. Ma lettre du 14 septembre n’ayant pas donné lieu à réponse de votre part, je me permets d’insister pour que vous puissiez faire connaitre les dispositions qui ont été prises afin qu’en toute transparence, justice soit rendue.» 

Dans la lettre du 14 septembre de la CIB, l’ensemble des barreaux et organisations nationales et internationales des barreaux avait exprimé le profond sentiment de révolte ressenti à la suite de l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval. «Ce crime contre le représentant le plus illustre du barreau pour être bâtonnier du barreau de Port-au-Prince est, au-delà de l’atteinte à la personne même du bâtonnier, une atteinte intolérable à l’État de droit», pouvait-on lire. 

Exprimant son indignation face à un tel événement, la CIB avait sollicité solennellement du chef de l’État, «que toutes les dispositions soient prises afin qu’une enquête impartiale soit mise en oeuvre permettant d’identifier les auteurs et les commanditaires de ce crime et que soit associée à cette enquête une commission internationale». De plus, ils avaient demandé qu’en sa qualité de chef de l’État, il prenne toutes les mesures utiles afin que la sécurité des biens et des personnes soit garantie en Haïti et, en particulier, celle des avocats. «Les soussignés ont conscience de l’attention toute particulière que vous portez à cette tragédie puisque vous avez ordonné trois jours de deuil national. Mais il importe qu’au-delà de cette manifestation de solidarité, des décisions concrètes soient prises, la justice ne pouvant se satisfaire d’un hommage public à notre confrère lâchement abattu», lisait-on dans cette lettre du 14 septembre 2020 adressée au président de la République et à son cabinet. 

Rappelons que la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune, qui réunit les barreaux des 47 États ayant le français en partage avait aussi pris une résolution, dans laquelle elle réclame des autorités haïtiennes que toutes les mesures utiles soient prises en vue de :

– faire toute la lumière sur l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval et procéder à l’arrestation et au jugement de ses auteurs ;

– assurer la sécurité et la protection des avocats haïtiens pour un libre exercice de leur profession.

Winnie Hugot Gabriel Duvil
About the Author

Leave a Reply

*