USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Haïti|Journée de la femme : BINUH estime qu’il est « urgent de promouvoir la présence des femmes dans la vie publique » d’un pays où la violation de la Constitution est encouragée

Journée de la Femme : entre le 1er septembre 2020 et le 31 janvier 2021, plus d’une quinzaine de femmes violées et une trentaine kidnappées, selon BINUH soutenant malgré tout la dictature en Haïti.

Et c’est avec Jovenel Moise, un inculpé de corruption, de blanchiment d’argent, flirtant avec un trafiquant de drogue et se révélant inapte à diriger le pays et en dépit de la fin de son mandat constitutionnel, que Binuh continue d’envisager « l’avenir » des femmes d’Haïti.

Dimanche 7 mars 2021 ((rezonodwes.com))–Le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (Binuh) a déclaré dimanche qu’il est « urgent de renforcer les mesures temporaires spéciales pour promouvoir la présence des femmes dans tous les domaines de la vie publique en Haïti« .

Sous le régime de Jovenel Moise qui a institué les gangs fédérés G9, une quinzaine de femmes ont été violées, tandis que 32 ont été kidnappées, entre le 1er septembre 2020 et le 31 janvier 2021, en Haïti, selon un rapport du Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, récemment présenté au Conseil de sécurité. Toutefois, en dépit de ce rapport alarmant prouvant l’incapacité totale de Jovenel Moise à juguler la crise socio-politique et économique, Binuh ne jure par tous les dieux d’imposer le dictateur accusé de corruption au Palais National pour changer illégalement la Constitution haïtienne afin de parvenir à élections frauduleuses à la fin de l’année.

L’agence onusienne qui a publié un document à l’occasion de la célébration lundi de la Journée internationale de la femme, a souligné qu’il est urgent d’intégrer les femmes dans la vie publique haïtienne en dépit qu’elle est marquée par une inégalité hors-pair qu’aucun système judiciaire n’arrive à protéger sur un terrain miné par l’impunité et la corruption.

« Le lien entre le leadership des femmes aux niveaux politique, économique, administratif et communautaire, d’une part, et le développement humain, d’autre part, est clairement établi comme un levier pour accélérer la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies », a souligné la cheffe de Binuh apportant un soutien ferme à Jovenel Moise, en dépit de la fin de son mandat constitutionnel.

La femme est également un facteur important pour assurer une reprise efficace dans un contexte de crise liée à la covid-19.

« La sous-représentation des femmes dans ces domaines constitue une limitation à la jouissance de leurs droits et une perte majeure pour la nation », abondaient les auteurs du document.

À partir de cette situation, a déclaré le Binuh, les organisations de femmes, l’État haïtien – d’un état en faillite – et les entités progressistes mènent diverses actions pour lutter contre la violence politique et électorale à l’égard des femmes, pour promouvoir une meilleure compréhension de l’importance du leadership féminin et pour développer les capacités des femmes à travailler en politique.

« Les femmes haïtiennes continuent également d’être des agents du changement alors que le pays est confronté à une crise politique et sécuritaire, et elles figurent parmi les victimes d’enlèvements perpétrés par des gangs criminels organisés », a déclaré le bureau des Nations unies.

About the Author

Leave a Reply

*