USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Clôture de la 11e édition du festival interculturel «Kont anba tonèl »

Du 20 au 25 octobre 2020, la 11e édition du festival interculturel « Kont anba tonèl » a élu domicile à Port-au-Prince. Les amants du conte et de la culture se sont donné à cœur joie à ce rendez-vous annuel dédié au merveilleux. En sus les activités qui ont eu lieu, la soirée-clôture du dimanche 25 octobre, au Bas-Peu-de-Chose,  a été un vrai régal. Elle a procuré une immense joie aux participants. Au menu : spectacle de conte, chorégraphie de danse, show de tambour et troubadour.

Publié le 2020-10-26 | Le Nouvelliste

Krik-krak ! Ye mistè krik- ye mistè krak! C’est dans cette ambiance festive  qu’a eu lieu, à la rue Nicolas (Beau bar), ce dimanche, la clôture de la 11e édition du festival « Kont anba tonèl ». Sous les étoiles, aux sons de « tim tim bwa chèch», les conteurs comme Lindor, Dérilon ont fait voyager le public dans le monde du merveilleux et de l’invraisemblance. Suspendu aux lèvres de ces conteurs inspirés, le public s’est donné tout entier et a participé pleinement au spectacle.

Et ce n’est pas fini ! Sylla Dance Academy a aussi fait le show avec une performance de calibre. Dans une prestation mêlant danses traditionnelles, contes et histoires, cette structure de danse a offert un spectacle de rêve avec comme toile de fond un pan de notre histoire, la période des aborigènes, immortalisant la reine Anacaona. Ces messieurs et dames, dans leurs costumes de danseurs, ont offert du spectacle à la rue Nicolas en cette période d’incertitude. C’était tout simplement du beau.

 « Sans la musique, la vie serait une erreur », nous dit Nietzsche. La musique était aussi de la partie. Le groupe original Troubadour, emmené par le maestro Sony Céant, a assuré valablement la partie musicale de cette soirée. Avec des pièces très prisées, ce groupe aux rythmes tropicaux et indigènes a fait danser plus d’un.  Les titres « Mw pral St Antoine » de  Coupé Cloué, « Allo Limbé » de Dieudonné Larose ou « Ayiti a la m kontan wè w » de Tabou Combo ont fait bouger les pieds, les mains et tout le corps. Et certains n’ont pas pu résister à ces rythmes. Moun leve danse !

Une soirée d’ambiance et de renouement avec des histoires qui ont bercé toute notre enfance. C’était une belle partie de plaisir à cette soirée-clôture. Assis à même le sol, les participants ont savouré des histoires, repris en choeur avec les conteurs, cantonné des refrains et joué comme des enfants. Le temps d’une soirée, chacun devenait à nouveau “un petit bout de chou’ à la rue Nicolas et s’est laissé aller. La 11e édition a tout simplement été une réussite.

« Je suis très content d’avoir réussi  cette édition. Je remercie une fois de plus toute l’équipe pour son support et son courage. On peut se targuer d’avoir eu un bon festival et d’avoir un bilan positif. En dépit des difficultés rencontrées, on a fait de notre mieux. Déjà, le cap est mis sur la 12e édition où l’on rendra hommage à cette grande femme conteuse du nom de Déïta qui a été peu connue dans le milieu », a confié le directeur artistique du festival, Chelson Ermoza.

Elien Pierre
About the Author

Leave a Reply

*