USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Le rôle fondateur d’Haïti mis en avant à la célébration du 75e anniversaire des Nations unies

La journée du 24 octobre 2020 a ramené le 75e anniversaire des Nations unies, célébré un peu partout à travers le monde. En Haïti, le système des Nations unies a décidé de marquer cette journée du 75e anniversaire des Nations unies en organisant plusieurs activités, notamment une conférence-débat en ligne, diffusée le lundi 26 octobre 2020, qui met en évidence les relations constructives entre Haïti et les Nations unies tout en mettant les projecteurs sur quelques grandes réalisations des agences onusiennes.

Publié le 2020-10-26 | Le Nouvelliste

À cette occasion, le Premier ministre Joseph Jouthe a salué, au nom du gouvernement et au nom du président de la République, les efforts, l’engagement et les accomplissements des Nations unies au cours de ces 75 ans d’existence.

« Le thème retenu cette année pour cette commémoration au niveau international : ”L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut”, nous rappelle que nous, citoyens du monde, sont les maitres de notre destin et de notre travail et que nous avons tous et toutes la responsabilité de travailler pour contribuer à un monde plus prospère et plus stable. En ce qui concerne Haïti, le thème retenu Haïti et les Nations unies : histoire et perspectives” évoque d’un côté 75 ans d’histoire, de collaboration, de solidarité et de riches expériences communes. D’un autre côté, cela nous rappelle que nous avons des défis à relever ensemble, des chemins à parcourir ensemble et des victoires à célébrer ensemble dans le futur », a déclaré le chef du gouvernement haïtien, qui en a profité pour témoigner sa fierté des progrès réalisés dans divers domaines avec l’appui des différentes entités des Nations unies et d’autres partenaires.

« Mais nous devons admettre qu’il nous reste encore beaucoup à faire. Nous savons que nous pouvons toujours compter sur l’ONU », a reconnu le chef du gouvernement, assurant qu’il va continuer à travailler pour renforcer les capacités des forces de l’ordre et de la justice pour pouvoir établir un climat de sécurité et de confiance pour les investisseurs aussi bien en vue des prochaines élections.

De son côté, la représentante du secrétaire général de l’ONU en Haïti, Helen La Lime, a rappelé que le « 1er janvier 1942, le pays a été parmi les premiers signataires de la déclaration à la base de la Charte des Nations unies, négociée à San Francisco en 1945 avec le concours de la patrie de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines et du roi Christophe ».

« Du rôle important qu’elle a joué dans la rédaction et l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 à ses premières collaborations avec l’UNESCO, Haïti n’a cessé d’œuvrer à la réalisation des idéaux sur lesquels l’organisation repose. Des générations d’Haïtiennes et d’Haïtiens ont contribué à l’essor et au succès du travail de l’ONU de par le monde », a fait savoir Helen La Lime, qui a fait appel à la coopération afin de venir à bout des défis mondiaux, comme la pandémie de Covid-19.

« Nous vivons une période charnière qui, si nous coopérons les uns avec les autres et faisons preuve de solidarité, pourrait présenter une réelle opportunité de changement positif. Ensemble, au travers d’un dialogue renouvelé et d’actions décisives, nous pouvons œuvrer à la réalisation d’un avenir meilleur », a affirmé Mme La Lime.

Dans son discours, Stanley Augustin, jeune représentant de l’Observatoire de la jeunesse haïtienne, a vanté la place accordée aux questions liées à la jeunesse dans les débats actuels au sein des Nations unies.

« Pouvoir ouvrir cette journée de célébration du 75e anniversaire de création de l’ONU en Haïti est l’un des plus grands honneurs qui puissent être accordés à un jeune cadre pétri de la conviction que l’Organisation des Nations unies a une place prépondérante dans un monde enclin à la guerre, à l’injustice et aux inégalités de toutes sortes. Cette opportunité revêt un double intérêt. D’abord, du fait que cette terre, celle qui m’a vu naitre, ma chère Haïti, a, 75 ans plus tôt, eu son pesant d’or dans la genèse de cette institution révolutionnaire. Aujourd’hui encore, plus d’un salue la mémoire de notre ambassadeur de l’époque auprès de l’ONU, feu Émile St-Lot, qui a su défendre la dignité de tous les peuples », a déclaré le sociologue et juriste, qui a revendiqué son engagement sur les questions liées à la jeunesse tout en se faisant la voix de la société civile haïtienne à cet auguste événement.  

Une conférence-débat a fait suite à ces différentes allocutions prononcées en ouverture et a permis à des personnalités comme le Dr Jean William Pape, directeur des centres GHESKIO en Haïti, Michèle Oriol, historienne, Denis Régis, ambassadeur d’Haïti aux Nations unies entre 2013 et 2019, et Bruno Lemarquis, coordonnateur des Nations unies en Haïti, de prendre la parole sous la supervision de la représentante du Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits humains en Haïti, Hanan Talbi, faisant office de modératrice.  

Patrick Saint-Pré
About the Author

Leave a Reply

*