USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Jean Charles Moise annonce la poursuite de la mobilisation antigouvernementale

Le secrétaire général du parti Pitit Desalin, Jean Charles Moise, se félicite de la journée de manifestation du 31 janvier dernier dans la capitale, et annonce par ailleurs la poursuite de la mobilisation anti gouvernementale, pour contraindre le chef de l’État à laisser le pouvoir. Lors d’une conférence de presse, ce mercredi 3 février 2021, le leader le farouche au pouvoir PHTK ne jure que par le départ de Jovenel Moise, le 7 février prochain.

C’est avec un visage décontracté, plein d’assurance, que le leader de la plateforme Pitit Desalin s’est présenté aux journalistes, ce 3 février 2021, pour faire un bilan positif de la journée de mobilisation organisée le 31 janvier 2021, dans la capitale. Pour le farouche opposant au régime du Parti haïtien tèt kale (PHTK), cette journée de manifestation et les 2 journées de débrayage les 1er et 2 février, sont une réussite dans la mobilisation contre le pouvoir en place.

Par ailleurs, Jean Charles Moïse a dit croire que seule la mobilisation anti gouvernementale peut forcer Jovenel Moïse à laisser le pouvoir. Il a informé la population que plusieurs grandes villes sont déjà mobilisées, à travers plusieurs organisations de masse, particulièrement dans les départements du Centre et du Nord.

Plus loin, l’ancien parlementaire a demandé à tous les acteurs de l’opposition politique de se mettre autour d’une seule table, afin de définir le plan post-Moïse, qui déterminera quel juge à la Cour de cassation qui aura à remplacer Jovenel Moïse. Il croit qu’une entente entre les groupements de l’opposition peut contrecarrer les forces phtkistes.

Jean Charles Moïse en a profité pour lancer un message à la communauté internationale, en lui demandant de ne pas s’immiscer dans les affaires internes du pays. L’ex-sénateur du Nord a épilogué sur les luttes menées par nos ancêtres pour nous léguer cette liberté. En ce sens, il a demandé à la communauté internationale de respecter la souveraineté nationale

Moise Saint-Eloi

About the Author

Leave a Reply

*