USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Insécurité : Himmler Rébu suggère au Gouvernement de contrôler les plages privées

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Joseph, ce 4 mars, l’ancien secrétaire d’État à la Sécurité publique et président du Grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (GREH), Himmler Rébu, dit approuver le train de mesures du Gouvernement rentrant dans le cadre de la lutte contre l’insécurité. Cependant, M. Rébu en a profité pour faire certaines remarques comme le contrôle des plages privées par les patrouilles de la marine.
https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4241689560592675&output=html&h=90&slotname=5947988144&adk=2699221565&adf=3983046278&pi=t.ma~as.5947988144&w=728&lmt=1615226005&psa=1&format=728×90&url=http%3A%2F%2Flenational.org%2Fpost_free.php%3Felif%3D1_CONTENUE%2Factualitees%26rebmun%3D7645&flash=0&wgl=1&dt=1615205210291&bpp=2&bdt=2262&idt=8500&shv=r20210303&cbv=r20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3D390beb418d64373b-223e5abc9fc5008a%3AT%3D1611404346%3ART%3D1611404346%3AS%3DALNI_MbgeMcROOWXw_5nIEmhDpu9AvYSeg&prev_fmts=0x0%2C728x90%2C728x90%2C728x90&nras=1&correlator=8328848361974&frm=20&pv=1&ga_vid=1749686903.1611404345&ga_sid=1615205211&ga_hid=590091218&ga_fc=0&u_tz=-300&u_his=1&u_java=0&u_h=1080&u_w=1920&u_ah=1040&u_aw=1920&u_cd=24&u_nplug=0&u_nmime=0&adx=451&ady=1945&biw=1903&bih=938&scr_x=0&scr_y=0&eid=21066433%2C21066922%2C21069711&oid=3&psts=AGkb-H_R2Azm2KtWHG6G8IMXlcYezu9k3A0JDm17F6Eiz8YpyvewuoVAg2NmNzga0EQiZy91wGMhCP7l&pvsid=1671066523479158&pem=58&ref=http%3A%2F%2Flenational.org%2Findex.php&rx=0&eae=0&fc=1920&brdim=-8%2C-8%2C-8%2C-8%2C1920%2C0%2C1936%2C1056%2C1920%2C938&vis=1&rsz=%7C%7CopeEbr%7C&abl=CS&pfx=0&fu=8192&bc=23&ifi=5&uci=a!5&btvi=3&fsb=1&xpc=xq0kGZbGgW&p=http%3A//lenational.org&dtd=M

En ce qui a trait à l’accès au territoire national, l’ancien secrétaire d’État à la Sécurité publique et président du Grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (GREH), Himmler Rébu, est clair dans une lettre adressée, ce jeudi 4 mars 2021, au Premier ministre Joseph Jouthe sur la question sécuritaire du pays. « En ce qui concerne les ports, il y a des insuffisances. Les patrouilles de la marine devraient contrôler les ports privés notamment de nombreuses plages privées servant de lieux de débarquement de la drogue, des armes et des munitions », a fait remarquer M. Rébu à M. Jouthe.

À défaut des patrouilles aériennes, le leader du GREH suggère que les membres du Conseil d’administration de la section communale (Casec) soient employés pour vérifier les pistes d’atterrissage des trafiquants. « En l’absence de moyens de patrouiller l’espace aérien, les casecs devraient être utilisés dans le contrôle des nombreuses petites pistes d’atterrissage de petits avions transportant drogue, armes et munitions ».

Pour mettre en application les mesures gouvernementales, le colonel Himmler Rébu croit qu’on devrait accorder aux citoyens une semaine tout en faisant certaines choses comme « des spots de rappel » et « un renforcement du dispositif préventif sur la voie publique ». En ce sens, il fait référence d’une part au « verrouillage des avenues d’approche des espaces connus comme étant des sites de réception et de détention des kidnappés ». D’autre part, au « quadrillage effectif de l’espace territorial par la double structure invisible et visible de la sécurité publique » dans l’optique de rétablir la confiance rompue.

Pour ce qui est des nombreuses personnes qui ont teinté leurs véhicules, M. Rébu a évoqué la question de dédommagement. « Je crois qu’il est important de ne pas oublier que la grande vague de teinte des véhicules est la conséquence d’un décret fixant à 10 000 gourdes le droit imposé aux citoyens pour cette opération. Une disposition doit viser un dédommagement de ces citoyens ».

Quant à la question d’interdiction de vitres teintées, l’ancien secrétaire d’État à la Sécurité publique le voit ainsi : « Aucune exemption ne devrait être faite sauf les véhicules faisant partie des convois du président de la République et du Premier ministre. Les voitures de fonction des officiels doivent être « déteintées ». Elles circulent, dans la plus grande majorité des cas, en dehors du contrôle de ces officiels. Les véhicules utilisés par le corps diplomatique et consulaire ne devraient pas être épargnés par la mesure sauf ceux immatriculés en République dominicaine avec obligation de baisser les vitres en cas de contrôle policier. Avec, bien entendu, la restriction d’accès aux espaces intérieurs des dits véhicules ».

Sur la question des instances chargées de mettre en application ces mesures, M. Rebu suggère le ministère de la Justice, le Bureau du secrétaire d’État à la Sécurité publique et la Police nationale d’Haïti. Toutefois, il croit que le ministère de la Défense chargé de l’armée peut intervenir sur la voie publique en cas de requête motivée de l’Exécutif.

Par ailleurs, il conseille au Gouvernement d’imposer l’identification des policiers par leurs noms et étiquettes numérotées, tout en plaidant pour la prohibition de l’utilisation des cagoules sur la voie publique.

Wisly Bernard Jean-Baptiste

About the Author

Leave a Reply

*