USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Il y aura des élections avec ou sans une nouvelle Constitution, mais après le référendum, clarifie Jovenel Moïse

24 heures après son adresse à la nation au cours de laquelle il a annoncé un référendum constitutionnel, le président Jovenel Moïse a mis les choses au clair. « Ce sont les Haïtiens qui auront le dernier mot pour dire s’ils veulent une nouvelle Constitution ou non. La volonté populaire sera respectée », a fait savoir le président ce samedi au terme d’une visite d’un chantier du réseau électrique de la région métropolitaine au boulevard Harry Truman.

« Les élections sont obligatoires. On n’a pas à sortir de là. Au terme de mon mandat, il faut que je donne à la population la possibilité de choisir un autre président. Cependant ce serait une bonne chose si les élites pouvaient se mettre ensemble pour doter le pays d’une nouvelle Constitution. Si le peuple n’approuve pas le texte, il y aura des élections, si le peuple l’approuve il y aura des élections. C’est un passage obligé pour renouveler le personnel politique », a soutenu Jovenel Moïse. 

La veille, le président avait laissé entendre qu’il n’y aurait pas d’élections avant l’adoption d’une nouvelle Constitution. « Si la majorité adopte la nouvelle Constitution à travers le référendum, les élections auront lieu sous l’égide du nouveau texte », avait déclaré le président Moïse.

Le président Moïse a encore réitéré son appel au dialogue à l’endroit des leaders de l’opposition. « Je ne veux pas utiliser des adjectifs, notamment radical, pour parler de l’opposition. Le pays n’est pas propice à la radicalisation. Depuis la mort de Jean-Jacques Dessalines, on n’a jamais fait le saut qualitatif pour le vivre-ensemble. Nous n’avons pas deux choix. Nous devons nous unir pour sauver le pays », a-t-il estimé.

Le président Moïse a fait ces déclarations à la rue de la Réunion, fraîchement rénovée, où sont logés les locaux du palais des ministères, de l’Administration générale des douanes et de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA). Quelques minutes auparavant, le locataire du Palais national a visité les chantiers de construction d’une sous-station de distribution d’énergie électrique au Bicentenaire. Il s’est entretenu avec les responsables de la firme OEC, l’ambassadeur de Taïwan en Haïti Wen-jiann Ku et des ouvriers haïtiens. 

Le président s’est plaint d’une lenteur observée dans l’exécution des travaux. « Depuis début septembre. nous avons lancé la construction du réseau de distribution électrique de la zone métropolitaine. Nous avons fait le lancement au Bicentenaire. Cette ligne de transport va alimenter toute la zone métropolitaine. Les travaux avancent avec une certaine lenteur. Les responsables du chantier m’ont expliqué les raisons de cette lenteur. J’ai instruit le Premier ministre pour qu’il harmonise les équipes d’exécution et de supervision afin de résoudre ce problème au plus vite », a-t-il fait savoir. 

En quittant le Bicentenaire, Jovenel Moïse a voulu s’offrir un bain de foule en se dirigeant à pied à la rue de la Réunion. Quelques dizaines de riverains l’ont accompagné au cours de cette promenade. Il était également accompagné du Premier ministre Joseph Jouthe et du ministre des Affaires étrangères Claude Joseph. De l’argent en cash a été distribué aux riverains par des proches du président de la République. 

Jean Daniel Sénat
About the Author

Leave a Reply

*