USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Haïti – Politique: Manifestation de l’opposition radicale, violences, vandalisme, plusieurs victimes et nombreux dégâts

Haïti - FLASH : Manifestation de l’opposition radicale, violences, vandalisme, plusieurs victimes et nombreux dégâts

Mercredi 18 novembre 2020, plusieurs milliers de personnes répondant à l’appel de l’opposition radicale ont pris le béton pour exiger la démission sans condition du Président Moïse. Des manifestations qui ont rapidement dégénérées dans la violence et le vandalisme.

Dans plusieurs villes de provinces Jacmel, les Cayes, Mirebalais, Saint-Marc et d’autres régions ont rapporte des manifestations de plusieurs centaines de personnes contre le pouvoir en place.

Plusieurs manifestants ont été blessées dont au moins deux par balles lors d’affrontement avec les forces de l’ordre provoquant des mouvements de panique au sein de la population. Un jeune manifestant aurait été tué par balle par un tir d’origine indéterminé non loin de la Direction Départementale de l’Ouest de la Police Nationale d’Haïti (PNH), déclenchant la fureur des manifestants

De nombreux véhicules ont été vandalisés ou incendiés dont une véhicule de police. Deux pompes à essence ont été partiellement incendiés à Delmas 69

Les forces de l’ordre sont intervenues à plusieurs reprises sur la route de Delmas, à Nazon et au Champ de mars pour disperser les manifestants a l’aide gaz lacrymogène…

Des manifestants ont lancé des pierres et des bouteilles contre les policiers qui ont ripostés en lançant des grenades de gaz lacrymogène au niveau de Delmas 48, des tirs à balles rélles auraient été rappporté par des témoins

Plusieurs arrestations ont eu lieu, toutefois aucun bilan officiel n’a encore été publié….

À Delmas en début d’après midi plusieurs centaines de manifestant avec en tête Moise Jean Charles le leader de l’opposition radicale du parti « Pitit Dessalin » ont pris la direction de l’Ambassade américaine. Les forces de l’ordre ont dispersé les manifestants qui forçaient un barrage à deux pas de l’Ambassade américaine.

Jean-Charles Moïse accompagné de quelques proches et encadré par des agents de sécurité a été autorisé à se rendre devant l’Ambassade où il a délivré avec vigueur un message « […] Aujourd’hui nous voulons dire au monde entier que c’est le Gouvernement américain qui nous impose des présidents, qui détruit la production nationale et cautionne l’insécurité à travers des élections frauduleuses. […] Je viens pour accorder un délai d’une semaine aux Américains, à Jovenel Moïse, au Core group, à la Unibank, à la Sogebank.[…] Si rien n’est fait nous allons faire la révolution au pays et nous ne serons pas responsables des dégâts […] »

PI/ TB/ HaïtiLibre

About the Author

Leave a Reply

*