USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

7 tours du Palais national : des organisations de base remettent le couvert pour ce mercredi

Entre l’insécurité grandissante et la crise politique profonde, le pays connaît actuellement des moments très incertains. En guise de réaction, plusieurs organisations de base proches de l’opposition se donnent rendez-vous ce mercredi 14 avril à la place de la Constitution (Champ-de-Mars) afin de réaliser sept tours du Palais national.

Environ une semaine après que plusieurs militants ont tenté de faire sept fois le tour du Palais national, plusieurs organisations de base, proches de l’opposition, entendent reprendre l’exercice ce mercredi 14 avril 2021. D’après les initiateurs, les objectifs poursuivis par ce mouvement n’ont pas changé. Il s’agit de dire non à l’insécurité galopante, non à la dictature et oui pour le respect de la Constitution haïtienne.

Sophia Lafond, non-voyante, membre de l’Organisation des handicapées en action pour le progrès (OHAP), qui participait à une conférence des organisations de base donnée en la circonstance, a profité pour inviter tous les handicapés ainsi que toutes les femmes à prendre part aux sept tours du Palais national. D’après Mme Lafond, les handicapés sont les plus touchés par le phénomène de l’insécurité en raison, entre autres, de la limitation de leur capacité à se déplacer.

« La situation du pays, dit-elle, nous pousse à fouler le macadam ». Elle a fait remarquer que si les femmes et les handicapés demandent l’inclusion dans la vie politique, c’est parce que leur place est sur le terrain. « Nous allons faire 7 tours du Palais. Tout ce qui se fait pour le bien-être du pays, nous devons répondre présent et dire vive la vie dans toutes ses dimensions », a indiqué la non-voyante.

D’après Rebert Noncent de l’organisation de base « Force Canapé-Vert », dans la matinée du 14 avril, il va y avoir une exposition de photos des personnes victimes de différents massacres et des personnes qui ont dilapidé le fonds Petrocaribe, sur la place de la Constitution (Champ-de-Mars). Pour l’activiste politique, ce mouvement a également pour objectif de dire non au referendum constitutionnel. Il appelle les organisations de base des quartiers populaires à rejoindre le mouvement.

De son côté, Fortuné Néhémie, secrétaire général de l’Initiative des citoyens responsables pour une nouvelle Haïti, a dénoncé l’insécurité qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans le pays avec le kidnapping de sept religieux catholique, dont deux Français. Il en a profité pour dénoncer également la répression du régime en place contre le Syndicat de la Police nationale d’Haïti) SPNH-17, la Fédération des syndicats des travailleurs et travailleuses de l’ED’H (FESTRED’H) ainsi que des syndicats d’enseignants.

D’après le représentant de l’Initiative des citoyens responsables pour une nouvelle Haïti, le droit syndical est garanti par la Constitution haïtienne de 1987, mais le régime en place veut l’effacer. Ainsi, il appelle les organisations syndicales ainsi que ceux qui protestent contre le kidnapping à ne pas céder aux manœuvres d’intimidation de ce régime. « Nou p ap fè bak, nou p ap fè lach », a-t-il lancé en faisant référence aux organisations de base.

Wisly Bernard Jean-Baptiste

About the Author

Leave a Reply

*