USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Opération policière/Insécurité

Les principaux chefs du gang « 400 Mawozo » toujours dans la nature

Aucun des principaux chefs du gang « 400 Maworo » ne fait partie des 15 individus arrêtés par la police dimanche au cours de l’opération menée dans le fief de ce groupe armé qui opère notamment à Croix-des-Bouquets. Le porte-parole de la police nationale a fait savoir que des avis de recherche ont été émis contre Joseph Wilson, alias Lanmò san jou, Ronald ainsi connu et Azoukeng ainsi connu, les trois principaux leaders du gang.

15 arrestations et 4 véhicules volés ont été récupérés dimanche au cours d’une opération policière dans le fief du gang « 400 Mawozo ». Plusieurs unités spécialisées de la PNH ont été déployées sur le terrain dans le but de démanteler ce groupe armé qui sème la terreur dans la commune de Croix-des-bouquets et les zones avoisinantes.

Si les forces de l’ordre ont pu déloger les membres de ce gang, ils n’ont cependant récupéré aucune arme à feu ni procédé à l’arrestation des principaux chefs du gang « 400 Mawozo ». Gary Desrosiers, porte-parole de l’institution policière, a indiqué que les 15 individus arrêtés au cours de l’opération sont en train d’être auditionnés par la DCPJ pour savoir leur degré d’implication dans le gang.

Des avis de recherche ont été émis contre les trois principaux chefs du gang « 400 Mawozo », à savoir Joseph Wilson, alias Lanmò san jou, Ronald ainsi connu et Azoukeng ainsi connu.

L’inspecteur divisionnaire Gary Desrosiers a souligné qu’il y a eu beaucoup d’échanges de tirs entre les forces de l’ordre et les bandits. La police n’a enregistré aucune perte en vie humaine ni de blessé. Il n’y a pas eu non plus de victimes dans les rangs des bandits.

« Les policiers ont découvert des ossements dans un cercueil à l’intérieur de ce qui s’apparente à un péristyle dans la base du gang 400 Mawozo », a rapporté Gary Desrosiers en conférence de presse lundi.

   Sur son compte Twitter dimanche, le Premier ministre Joseph Jouthe, qui est aussi le chef du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN), déclare : « Je salue la vaste opération policière réussie qui se poursuit au fief de 400 Mawozo. Les gangs armés n’auront pas de répit. Des instructions formelles ont été données à la PNH pour réhabiliter la population saine dans ses droits de vaquer à ses occupations en toute sécurité. »

Il faut rappeler que la police de Ganthier avait récupéré une quinzaine d’écoliers enlevés et conduits le jeudi 3 décembre 2020 dans le fief du gang « 400 Mawozo ».

Les écoliers se trouvaient dans un bus. Ce bus et d’autres véhicules ont été interceptés par les bandits, qui avaient tiré au moment d’intercepter le véhicule des écoliers.

Gary Desrosiers a souligné que depuis deux ans le groupe armé « 400 Mawozo » opère sur la route de Croix-des-Bouquets à Thiotte et a déjà fait beaucoup de victimes. Ce gang armé est spécialisé dans l’enlèvement, le détournement de camions de marchandises, l’assassinat, le viol, le vol de véhicules, entre autres.

Le porte-parole a rappelé que le 10 janvier 2019, les bandits de ce gang avaient assassiné Shella Jean-Claude, une jeune fille. Ils avaient attaqué aussi en mars 2017 une délégation de l’ambassade du Chili et assassiné le chauffeur de l’ambassadeur du Chili accrédité en Haïti. Ils ont participé à beaucoup d’autres actes d’assassinat.

Depuis l’arrivée de Léon Charles à la tête de la police nationale, une série d’opérations ont été menées au Village-de-Dieu et à Grand-Ravine dans le but de démanteler les gangs qui occupent ces zones. Là encore, la police n’avait procédé à la saisie d’aucune arme à feu et les principaux bandits qui contrôlent ces zones sont toujours dans la nature.

Il faut souligner aussi que les kidnappeurs n’ont pas chômé durant la période de Noël. Plusieurs cas d’enlèvements ont été enregistrés ces derniers jours dans la zone métropolitaine …

Gary Desrosiers a confirmé l’assassinat de l’inspecteur de police Férère Telfort, 46 ans, issu de la 7e promotion de la PNH. Responsable de la brigade d’intervention au commissariat du Cap-Haïtien, il a été attaqué dans la localité de Petite-Anse dans la commune du Cap-Haïtien. L’inspecteur divisionnaire était dans son véhicule quand les bandits ont ouvert le feu sur lui. Il a reçu six projectiles et est mort à l’hôpital où il a été conduit d’urgence.

La DCPJ a déjà diligenté une enquête sur la mort de l’officier de police, a indiqué le porte-parole de la police.

Robenson Geffrard
About the Author

Leave a Reply

*