USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Les activités scolaires restent paralysées

Publié le 2021-02-03 | Le Nouvelliste

Les activités scolaires sont restées paralysées le mercredi 3 février à travers le pays pour une troisième journée consécutive. La majorité des écoles privées et publiques ont gardé leurs portes fermées 24 heures après la grève des syndicats des transports en commun qui a mis à l’arrêt le pays les 1er et 2 février dernier. Si certaines activités ont timidement repris à travers le pays, les portes des écoles restent fermées.

 « Tout a fonctionné, sauf les activités scolaires », a rapporté Jordany Junior Verdieu, correspondant du journal pour la ville des Cayes (Sud). Aucune école n’a fonctionné alors que la ville a connu une journée plutôt calme. Les rares élèves qui ont repris le chemin des classes ont été renvoyés chez eux. Même constat dans la deuxième ville du pays. Le marché informel, le commerce, les transports en commun… entre autres ont fonctionné dans la ville du Cap-Haïtien (département du Nord). Cependant les activités scolaires sont restées paralysées.

Ce 3 février, la ville des Gonaïves (département de l’Artibonite) a connu une troisième journée sans activité scolaire. Avant le mot d’ordre de grève, les établissements scolaires fonctionnaient au ralenti en raison de la détérioration du climat sécuritaire de la ville de l’Indépendance. Les armes n’arrêtent pas de retentir à Raboteau. Les parents ont préféré garder à la maison leurs enfants sans que la direction des institutions ne notifie aucune suspension desdites activités. Contrairement aux Gonaïves, plusieurs écoles à Jacmel (Sud-Est) ont fait part de leur intention aux parents de suspendre leurs activités au-delà du 7 février, date qui devrait marquer la fin du mandat du président Jovenel Moïse selon les forces vives de la nation, alors que le chef de l’État persiste, soutient que son mandat prendra fin le 7 fevrier 2022.

Le même constat a été fait dans les départements du Centre, de la Grand’Anse, des Nippes et de l’Ouest. La ville de Carrefour, entrée sud de Port-au-Prince, a connu, quant à elle, sa deuxième semaine de paralysie des activités scolaires. À Port-au-Prince, plusieurs établissements scolaires ont annoncé la fermeture de leurs portes depuis le lundi 1er février jusqu’au 12 février prochain.
Les élèves vont suivre les cours chez eux en ligne comme ça a été le cas durant la crise sanitaire. Priorisant la sécurité des élèves, ces établissements préfèrent anticiper face aux vagues d’insécurité et à la tension dans les rues. Une situation qui n’est pas sans conséquence sur l’apprentissage des enfants, a fait savoir Roody Edmé.

Certains de ces établissements ont déjà suspendu leurs cours la semaine dernière en signe de solidarité avec les écoles victimes de kidnapping, notamment à Carrefour et à Frères (commune de Pétion-Ville). « Malgré la crise sociopolitique et économique, l’école devrait être protégée, comme ça se fait dans tous les autres pays », indiquent des éducateurs, appelant les autorités à garantir le droit à l’éducation en Haïti.

Rappelons que plusieurs élèves ont déjà été victimes d’actes de kidnapping ces dernières semaines à Port-au-Prince.

Edrid St Juste
About the Author

Leave a Reply

*