USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Haitian Ladies Network maintient son pari

Les dames du Haitian Ladies Network ont bel et bien maintenu leur rendez-vous. Ce samedi 10 octobre 2020, on était réuni en ligne sur la plateforme haitianladies.org pour une  conférence virtuelle qui s’est déroulée autour du thème “Igniting our power 2020. Reaching new Heights”. Un bel après-midi d’échanges placés sous le signe de l’engagement et de la sororité.

N’ayant pas pu se réunir à Washington DC comme à l’accoutumée en raison de la COVID 19, les dames du Haitian ladies Network ont opté pour une expérience virtuelle sur leur plateforme au lieu d’annuler complètement leur événement. Cette édition qui fut différente a pourtant été très interessante. On pourrait même le placer sous le signe de l’engagement. Plus d’une dizaine de femmes haïtiennes ont intervenu dans une vidéo préenregistrée pour parler de leur différentes initiatives en Haïti. On parle de femmes telles qu’Odette Roy Fombun, Mildred Aristide, Yanick Lahens,  Marie Rosy Kesner, Mirlande Manigat, Gaelle Bien Aimé, Louise Carmel Bijoux, Danielle Magloire, Danièle St-Lot, Magalie Dresse, Roseline Benjamin, Vélina Élysée Charlier, Emmanuela Douyon, Marie Maud Nazon Laplanche, Pascale Solages, Anne Fleurime Presume, Tamara Guerin Barrau, Nalda Orelus etc.

Que ce soit en éducation, en affaires, en politique, dans le social, ces femmes portent chacune des initiatives qui contribuent, à différents niveau dans le développement de leur communauté, et par ricochet de la société haïtienne en général. C’était l’occasion pour elles de parler du sens de leur engagement, de leur motivation et de comment à leur façon elles font bouger les choses dans ce pays. L’on comprend bien que ce n’est point chose facile. S’engager dans des combats que l’on croit juste, dans un contexte socio-politique compliqué, et s’y accrocher malgré tout demande un effort personnel et professionnel surhumain. “Le jour où j’ai commencé à demandé des comptes concernant le scandale des fonds Petrop Caribe, j’ai perdu des amis, mon travail, des opportunités, des associés en affaires. Mais malgré cela, je continue”, confie Vélina Chalier, qui se présente fièrement comme une Petrochallenger.   “On ne peut plus attendre que l’on vienne à notre secours. Il nous faut nous engager nous mêmes. Et nous devons le faire de manière inclusive, mettre toutes nos connaissances ensemble pour avancer” explique la femme d’affaires.

Les idées, les actions à poser pour le changement ne manquaient pas. Ce mini-documentaire donnaient à voir les visages de celles qui luttent, à écouter l’histoire de celles qui restent. Celles qui croient. Celles qui en dépit de tout, envers et contre tous tiennent la lampe allumée. Pour elles, mais surtout pour les autres, pour les jeunes, pour pallier aux faiblesses structurelles de l’Etat, pour servir leur communauté, leur société. Aurait-il été en direct, et avec la possibilité pour les participants d’intervenir, ce moment aurait été encore plus inspirant.

On n’oubliera pas la chorégraphie “KENBE ALADA” de Linda Isabelle François de la compagnie de danse XPression encore moins ce moment de causerie menée par Magdalah R. Silva. avec le Dr Solanges Vivens autour de son livre “Girls can move Mountain”, une sorte de biographie dans laquelle l’auteure raconte son ascension vers le succès. Un parcours inspirant qui aura la vertu de motiver plus d’uns.

Entre petits pépins techniques et conversations de grande profondeurs, cette conférence qui s’est ouvert avec un moment de méditation et les présentations des différentes têtes de file du Haitian Ladies Network, laprès-midi se clôture un peu après 7h p.m. avec une animation musicale signée Dj Queen, l’une des rares disc-jockey femmes en Haïti.

Winnie Hugot Gabriel Duvil
About the Author

Leave a Reply

*