USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Haiti-Insécurité. Un agent de l’unité de sécurité présidentielle (USGPN) impliqué dans l’assassinat du policier Stanley Valentin

https://platform.twitter.com/widgets/tweet_button.63899b173766ee6f8a729a72b542b0fb.fr.html#dnt=false&id=twitter-widget-0&lang=fr&original_referer=https%3A%2F%2Frezonodwes.com%2F2021%2F04%2F19%2Fhaiti-insecurite-un-agent-de-lunite-de-securite-presidentielle-usgpn-implique-dans-lassassinat-du-policier-stanley-valentin%2F&partner=tfwp&size=l&text=Haiti-Ins%C3%A9curit%C3%A9.%20Un%20agent%20de%20l%E2%80%99unit%C3%A9%20de%20s%C3%A9curit%C3%A9%20pr%C3%A9sidentielle%20(USGPN)%20impliqu%C3%A9%20dans%20l%E2%80%99assassinat%20du%20policier%20Stanley%20Valentin%20%7C%20Rezo%20N%C3%B2dw%C3%A8s&time=1618839894005&type=share&url=https%3A%2F%2Frezonodwes.com%2F2021%2F04%2F19%2Fhaiti-insecurite-un-agent-de-lunite-de-securite-presidentielle-usgpn-implique-dans-lassassinat-du-policier-stanley-valentin%2F&via=rezo_nodwes

Le policier Fednel Noël, affecté à l’Unité de sécurité générale du Palais national (USGPN), se trouve en cavale, alors que l’agent Gabriel Lherissé Junior, a été interpellé par l’Inspection générale de la PNH. Les deux policiers sont cités dans l’assassinat du policier Stanley Valentin (35 ans).

Pétion-Ville, lundi 18 avril ((rezonodwes.com))–L’incident s’est produit, dans l’après-midi du dimanche 18 avril, à la rue Villate à Pétion-Ville, au moment il y a eu un échange verbal virulent entre trois policiers. Selon le porte-parole de la PNH, le policier Stanley Valentin, agent II, affecté à la juridiction de Port-au-Prince, a été abattu de plusieurs balles par l’un de ses frères d’armes. La victime a été touchée à la tête et a rendu l’âme sur place, précise la source policière.

Après l’exécution, Gabriel Lherissé Junior, l’un des protagonistes de l’incident, a été interpellé par une patrouille policière et l’agent Fednel Noël, affecté à l’USGPN se retrouve en cavale, rapporte le porte-parole.

L’inspecteur divisionnaire, Desrosiers fait état d’un échange verbal entre les trois agents de l’ordre ayant tourné au drame. Les motifs de l’altercation découlent d’une blague banale relevant de l’inaptitude d’un des policiers à pouvoir piloter une motocyclette, révèle l’inspecteur divisionnaire.

S’agissant des rumeurs à propos des cas de blessés par balles liés à cet incident, le porte-parole precise que les deux autres policiers n’ont pas été touchés.

Pour l’heure, le service d’inspection de l’institution policière diligente une enquête à propos de cette bavure, et des responsabilités seront établies, promet le porte-parole de la PNH, l’inspecteur divisionnaire Garry Desrosiers.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

About the Author

Leave a Reply

*