USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Le coût du panier de la ménagère en nette augmentation

Dans un de ses bulletins, la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), révèle qu’au cours du 2e trimestre de l’année dernière la valeur du panier alimentaire a augmenté d’environ 3 % par rapport au trimestre précédent et de 8 % par rapport au deuxième trimestre de l’année 2019. Cette hausse est surtout imputable à la hausse des prix du riz (+30 %) et du maïs (+18 %) importé et également de celui du riz local.

Le panier alimentaire, considéré dans le cadre de ce reportage à l’approche des Fêtes de Pâques, est composé de 6 produits de base (riz, farine de blé, maïs, haricots, sucre et huile végétale) et surtout les tubercules très utilisés en ces temps de carême. Ce panier de survie reflète surtout la consommation alimentaire des ménages les plus pauvres à faible niveau de revenu. La valeur du panier par personne a connu une hausse totale de 3 % par rapport au même trimestre de l’année dernière.

Sur 12 mois, la valeur du panier a augmenté respectivement de +12 % en avril, +6 % en mai et +6.4 % en juin, soit une hausse moyenne de 8 % pour le 2e trimestre de l’année. En rythme annuel (2e trimestre de 2020 par rapport au 2e trimestre de cette année), les prix ont varié entre +5 % et +8 % sur tous les marchés, mis à part sur les marchés de Hinche et de Port de Paix où la hausse est particulièrement élevée, respectivement de +22 % et +16 % selon la CNSA. Elle estime que la hausse des prix est plus élevée à Port-de-Paix pourrait être liée au mauvais état des infrastructures routières et pour la ville de Hinche, elle pourrait s’expliquer par l’augmentation des frais de douanes fixée par le Gouvernement sur les produits importés de la République dominicaine.

Crise politique

La paralysie des activités de toutes sortes dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans les villes de province, depuis le déclenchement des hostilités entre l’opposition et le pouvoir, le taux de chômage, entre autres, qui avoisine les 60 %, affectent le pouvoir d’achat de la population haïtienne. En pleine Semaine sainte, les marchands de la zone métropolitaine, entre le désespoir et la misère, ne savent à quels saints se vouer et s’en remettent à la Providence, surtout en cette période de fête.
En rythme trimestriel, la valeur du panier alimentaire a augmenté de + 3 % à + 7 % sur les différents marchés régionaux. La valeur du panier demeure plus élevée sur les marchés d’Ouanaminthe (1,444 gdes), [augmentation des taxes de douane], du Cap-Haïtien (1,390 gdes) et de Jacmel (1,364 gdes).

La CNSA rappelle que le principal facteur qui détermine le coût du panier alimentaire est le prix des céréales qui représentent environ 2/3 de l’énergie consommée par jour par les ménages les plus pauvres. Les prix des céréales (riz et maïs importé, riz local) et des légumineuses (haricot importé) ont connu de plus fortes variations en rythme annuel et trimestriel. Toutefois, les variations en glissement annuel (12 derniers mois) +20 à +36 % sont plus importantes que celles en glissement trimestriel +4 %. La CNSA souligne que le riz local a connu la plus forte variation, soit une augmentation d’environ +36 %. À ce rythme, la hausse des prix des denrées de consommation courante affecte dangereusement le moral des ménages, et pousse certaines familles à sauter des repas.

Gérard Hirsh Résil

About the Author

Leave a Reply

*