USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

« En dépit de la pandémie de Covid-19, notre système bancaire est en bonne santé», se réjouit Pierre André Agélus

Se basant sur des indicateurs tels que l’augmentation des actifs du système bancaire en Haïti, le taux d’endettement et des réserves de liquidités dont dispose le système bancaire en Haïti entre autres… Pierre André Agélus, assistant directeur à la direction de supervision de la banque centrale qui intervenait lors de la 3e journée du Sommet international de la finance cette année, a établi un parallèle entre l’année 2019 (avant la Covid-19) et 2020 avec la présence de la pandémie de Covid-19 depuis le mois de mars 2020. Il soutient que cette bonne forme est due à des mesures prises par la Banque de la République d’Haïti (BRH).

Publié le 2021-04-16 | Le Nouvelliste

« On peut dire qu’en dépit de la Covid-19, notre système bancaire continue d’être en bonne santé. Le système bancaire dispose de meilleures sources de financement, de faibles taux d’endettement, d’importantes réserves de liquidités et de plus de fonds propres », a martelé Pierre André Agélus, qui s’est appuyé sur les statistiques de la BRH pour affirmer que ce système est profitable pour le secteur.

En dépit de la crise sanitaire, les données relatives aux avoirs des actionnaires des banques ont augmenté de 3% au mois de décembre 2020 comparé à l’année précédente soit 36,86 milliards de gourdes contre 34,2 milliards de gourdes, a fait savoir M. Agélus, qui estime que les capitaux des banques n’ont aucunement été affectés par la pandémie.

En ce qui a trait à la norme qui veut que les assises financières (ratio des fonds propres et des actifs) des banques ne soient inférieures à 5%, les assises financières ont dépassé l’estimation, soit 8.57 en décembre 2019 contre 9.15% en décembre de l’année suivante, loin de la valeur recommandée. Le ratio courbe des banques, une autre exigence figurant dans la circulaire 88 de la BRH relative à la suffisance des fonds propres, s’élève à 27,30% en 2020, ce qui représente plus que le double du niveau standard évalué à 12%.

Quant aux actifs des banques dont une partie est en gourdes et l’autre en dollars, pour l’échéance de décembre 2019, ils étaient chiffrés à 398,9 milliards de gourdes avant de connaître de sérieuses progressions au cours de l’année suivante pour ensuite retomber à 374,8 milliards de gourdes durant le mois de septembre 2020. Rien à voir avec la crise sanitaire mais cette régression est due à la baisse du taux de change sur le marché qui était passé de 125 gourdes au mois d’août à environ 65 gourdes pour le dollar le mois suivant. Les actifs des banques ont été chiffrés au mois de décembre 2020 à 403 milliards de gourdes. Plus loin, le cadre de la banque centrale a tenu à souligner que l’actif en dollars des banques a accusé un pourcentage de 51,9 en décembre 2020.

Parallèlement, la dollarisation des prêts est estimée à 42,82 % en décembre 2020 alors qu’il y a trois mois, soit en septembre de la même année, elle accusait un pourcentage de 40.03, ce qui représente une augmentation de 2.80%.

Le taux d’improductif concernant le taux des personnes non solvables aux banques dont le ratio nous permet d’avoir une idée sur la qualité des actifs du système bancaire haïtien, est passé de 6,89% en décembre 2019 à 5,37% l’année suivante. Une diminution qui confirme cette bonne forme dudit système.

Le taux de provisionnement, un des aspects importants du système bancaire haïtien, montre que les banques ont excédé les cent pour cent et accusent un nombre estimé à 106,14 %. Alors que les bénéfices des banques durant la crise sanitaire ont atteint 1,86 milliard de gourdes durant l’année 2020, soit une augmentation de 50% par rapport à l’année précédente.

Autres indices considérés dans l’analyse du système bancaire, le ratio de performance sur l’actif  (ROA) est passé de 1,25% à 1,92%, tandis que le taux de rentabilité sur l’actif (ROE) de  14,67% à 20,87 % en décembre 2019 par rapport au mois de décembre 2020.

Enfin, le dernier indice concernant la liquidité disponible dans les banques est passé de 193,7 milliards de gourdes en décembre 2019 à 214,5 milliards de gourdes l’année suivante.

L’ensemble de ces données, selon l’assistant directeur à la direction de supervision de banque centrale, Pierre André Agélus, permet de conclure que malgré la pandémie liée au nouveau coronavirus, le système bancaire reste rentable, solide, en bonne santé. Il a su s’adapter rapidement aux nouvelles réalités en vue de fournir des services adéquats à la clientèle. Il a pu respecter les nouvelles normes établies par la Banque de la République d’Haïti durant la crise.

Mikenton Jean Mikensonj050@gmail.com

About the Author

Leave a Reply

*