USA: +1-754-4266-3266 / Haïti: +509-4483-9758 | raynaldlouis@gmail.com

Des gagne-petit sont aussi la proie des kidnappeurs

Des pneus enflammés ont été érigés sur la chaussée à hauteur de Bourdon, ce mercredi, en signe de protestation contre l’enlèvement de trois personnes, dont Dadikens Lamarre, qui se rendaient à Jérémie le 28 décembre 2020, a-t-on appris. Ce sont des gens de condition humble qui n’ont pas les fortes sommes exigées par les ravisseurs, a dénoncé un manifestant interrogé par Radio Kiskeya ».                  

Par ailleurs, le 29 décembre, après un sit-in et un arrêt de travail de techniciens du Laboratoire national, Jean-Raynold Saint-Hilaire et  Berthony Silva, kidnappés sur la route nationale numéro 1, au niveau du carrefour Pèy, le 22 décembre, ont finalement été libérés, a annoncé l’Association des technologistes médicaux licenciés d’Haïti dans une note de presse. Les petites manifestations d’indignation contre l’enlèvement de gens de condition socio-économique humble se sont multipliées ces derniers temps. Un chauffeur de tap-tap ici, une marchande de saucisses là, les ravisseurs s’adonnent à des rafles indiscriminées et exigent des rançons pharaoniques.                            

 Préoccupée, la militante des droits humains Marie-Rosie Auguste Ducénat du RNDDH a dénoncé cette forme de criminalité et souligné qu’en moyenne il y a quatre cas de kidnapping par jour.  2021 doit être une année de combat contre l’insécurité, a-t-elle préconisé au moment de présenter un bilan sombre des cas de mort violente et des violations des droits humains en Haïti.

About the Author

Leave a Reply

*