(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Haïti-Culture : Une foire artistique pour valoriser les talents des jeunes artistes des quartiers populaires

P-au-P, 14 juin 2017 [AlterPresse] — Une foire artistique est prévue à Port-au-Prince, le jeudi 15 juin 2017, dans le but de valoriser les talents des jeunes artistes des quartiers populaires.

L’événement se déroulera à la place Sainte-Anne, à Port-au-Prince, autour du thème : « Cassons les barrières, partons à la rencontre de l’autre ».

12 artistes venant de six zones du département de l’Ouest auront à performer lors de cette foire où se dérouleront également des activités d’expositions de peinture et de sculpture, de danse et des performances musicales.

Avec cette foire, les responsables entendent transformer cette place publique en une véritable galerie d’art et mettre les artistes en valeur, souligne Claudel Casséus, coordonnateur général du mouvement baptisé Nou pran lari a (Nous investissons la rue), lors d’une conférence de presse, le samedi 10 juin 2017 et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ce mouvement entend offrir un espace de visibilité aux artistes, tout en essayant de renverser les barrières et bousculer les idées préconçues qui les empêchent de promouvoir leur savoir-faire et leurs créations.

Il vise aussi à présenter de nouveaux artistes et artisans au public, combattre toutes discriminations dans le milieu culturel haïtien, offrir un espace de visibilité et d’opportunités à des jeunes artistes et artisans des quartiers populaires de Port-au-Prince, notamment Grand-rue, Bel-Air (centre-ville), Cité-soleil, Croix-des-Bouquets (nord) et Carrefour-feuilles (sud-est).

Créer un vaste réseau d’artistes et d’artisans des quartiers populaires, travailler avec eux sur un modèle d’économie sociale et solidaire, participer à décloisonner les espaces et lieux culturels en Haïti font également partie des objectifs du mouvement Nou pran lari a.

Le responsable de communication de ce mouvement, Romel Jean Pierre, indique que l’accent est mis sur trois aspects : la formation, la promotion et les retombées économiques.

« Nous voulons que le mouvement « Nou pran lari a » soit un véritable projet de changement pour la société haïtienne », déclare-t-il.

Il espère que la communauté va s’ouvrir à l’art populaire et à valoriser les artistes, pour arriver à décloisonner les lieux d’expositions et participer à la création d’un véritable modèle social pour les jeunes des quartiers populaires.

About the Author

Leave a Reply

*