(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

Du changement dans l’immigration au Chili

Source Jodel Alcidor | Le National

 

 

Les autorités chiliennes exigent une résidence temporaire. Environ 60 000 sans-papiers haïtiens sont concernés par la nouvelle mesure adoptée par les autorités chiliennes en matière d’immigration. Cette décision, selon les autorités, concerne les personnes rentrées au Chili par les frontières et qui ne sont pas enregistrées, ceux et celles qui ont en leur possession un visa touriste valide ou non valide, ainsi que des travailleurs non autorisés.

Le président Sébastian Pinera a passé de la parole aux actes en publiant, il y a de cela 8 jours, un nouveau décret sur l’immigration. Depuis cette décision, plusieurs milliers des compatriotes haïtiens en territoire chilien circulent avec la peur au ventre. Dans le but de s’informer sur les nouvelles mesures en vigueur et de s’arranger avant le délai qui leur est imparti, plusieurs dizaines d’entre eux se sont massées, pendant des heures, devant le bureau de l’immigration à Santiago. Un passeport valide, une carte touriste et un casier judiciaire vierge sont nécessaires pour pouvoir entamer le processus de régularisation.

Dans des entretiens accordés à plusieurs journalistes, les Haïtiens se disent inquiets devant le silence des autorités consulaires de l’ambassade haïtienne à Santiago. Ils disent être livrés à eux-mêmes dans cette démarche. Mais si les autorités compétentes sont restées jusque-là les bras croisés et bouche bée devant cette situation, les sans-papiers haïtiens ont pour l’instant bénéficié, a-t-on appris, du support de l’organisation jésuite en appui aux migrants, notamment de la directrice Michelle Vilguez.

Il faut dire qu’à partir du lundi 16 avril, les Haïtiens voulant voyager au Chili auront besoin d’un visa de touriste. Valable seulement pour 30 jours, ce visa ne donne pas à son détenteur le droit de travailler sur le territoire chilien. Le président Sébastian Pinera veut doter le Chili d’une nouvelle loi sur l’immigration prenant en compte les nouveaux défis actuels, comme il l’avait annoncé dans ses promesses de campagne.

Pour rappel, cette initiative avait été lancée en 2013 sous la présidence de Michelle Bachelet, très reprochée par la droite chilienne pour sa

« mauvaise » gestion de la question de l’immigration.

Elle constitue actuellement l’une des priorités du gouvernement de Sébastian Pinera..

 

About the Author

Leave a Reply

*