(USA) 1-929-312-0328 infos@haitimedia.com

A-t-on oublié les hôpitaux publics ?

Source Jean Pharès Jérôme | Le Nouvelliste

 

 

Les 19 centres hospitaliers publics du pays sont non fonctionnels depuis plus d’un mois à la suite d’un mot d’ordre de grève du petit personnel exigeant de meilleures conditions de travail. Aucune issue n’est en vue à cette grève de la Fédération des travailleurs de la santé (FENATRAS) qui prive les plus pauvres des soins de santé.

L’Etat haïtien comme la société civile se croisent les bras et laissent pourrir la crise des centres hospitaliers publics. Peut-être que la présence de Médecins sans frontière (MSF) et d’autres organisations caritatives dans le pays les empêche de saisir la dimension du problème. Le cri d’alarme de MSF il y a quelques semaines se disant débordée de patients semble être tombé dans des oreilles en béton. La récente note du Dr Hervé Foucand dans le journal demandant à ceux qui le peuvent de faire un emprunt à l’Etat haïtien pour satisfaire les revendications salariales des fonctionnaires des hôpitaux publics est, jusqu’à preuve du contraire, ignorée.

Faire un emprunt à l’Etat haïtien, est-ce la solution à la crise des hôpitaux publics ? On peut ne pas être d’accord avec la proposition du Dr Foucand, mais elle devrait au moins provoquer des débats. D’autres propositions pourraient en découler. Nous préférons faire fi de la question comme si le dysfonctionnement des hôpitaux publics est une plaisanterie. La grève répétée dans les hôpitaux publics traduit une triste réalité, celle de la mauvaise gouvernance du système sanitaire, voire du pays. Il est vrai que l’actuel ministre de la Santé ne s’est jamais montré à la hauteur pour négocier avec les grévistes, mais son interpellation par le Sénat ne va pas résoudre le problème. Quel ministre de la Santé n’a pas eu à faire face à une grève du personnel ou des médecins des centres hospitaliers publics ?

Dommage qu’à chaque grève nous préférons trouver un « arrangement » au lieu de poser le problème. Le pire, nous choisissons de construire de nouveaux hôpitaux sans dégager les ressources pour les faire fonctionner. N’est-ce pas une bonne manière d’aggraver le problème ? Faire fonctionner les hôpitaux publics figure parmi les défis qui attendent le prochain président de la République Jovenel Moïse.

Il devra trouver les voies et moyens pour satisfaire les revendications du corps médical et du personnel administratif. Ce que le président Jocelerme Privert – qui répète sans cesse que son mandat consiste à organiser des élections – n’a pas pu réaliser. Si tout se passe bien dimanche, Jocelerme Privert pourra crier haut et fort qu’il a réussi son mandat. Mais on n’oubliera jamais que les hôpitaux publics étaient en grève pendant presque toute la durée de son mandat.

About the Author

Leave a Reply

*